Episode 3 Partie 1

La langue d'Orzoul

   Des grognements fit sursauter Vanillova. Par réflexe, elle se relevait légèrement, assez pour regarder son environnement. A coté d'elle dormait paisiblement son ami Levenloze. Il lui tournait le dos.

 

-Levenloze...?

 

 Elle chuchoter, mais aucune réponse. La température était ambiante, et la fort était de nouveau paisible. Seulement quelques grognements au loin suivit d'un bref crie d'un animal effrayé lui donnait des frissons.

Elle regardait un moment les alentours, seule les braises du petit feu de camp qu'ils avaient improvisé rapidement après avoir dessiné le plan de la maison briller doucement.

Mais malgré cette peur, elle tenta de nouveau de s'endormir, en vain. Se tournant, et se retournant, priant pour que cette nuit interminable passe une bonne fois pour toute. Elle se mit à regarder les arbres, ou du moins, leurs imposantes transformations depuis les derniers aurores.

 

Levenloze était tombé   de fatigue et s'était rapidement endormis. Sa fatigue était bien plus grand que ce qu'il avait montré, il ne voulait jamais se montrer faible, ou lâche en compagnie de son amie. Son sommeil était si lourds que nul bruits n'aurai pu le déranger.

Le nuit fut paisible et réparatrice pour Levenloze, mais Vanillova elle, ne cesser de se réveiller, par l'inconfort du sol, et les dangers de la forêt, pensant qu'à tout moment une chose leurs sauterai dessus. Mais il n'en était rien, aucune bête ne semblait vouloir ou pouvoir aller à la grande clairière dans lequel ils s'étaient tout deux couchés.

 

A son quatrième réveil, ce ne fut pas les bruits inquiétant, ni tout à fait l'inconfort du sol, mais belle et bien la lueur du soleil qui l'a réveilla. La forêt était redevenu normal, comme si ce n'était qu'un horrible cauchemar.

Elle souriait, malgré la fatigue mais Levenloze n'y était plus. En se redressant vivement pour être assise, elle vit bien vite Levenloze tout sourire.

 

-Bonjour la dormeuse ! Alors ? T'as passé une bonne nuit ma chouquette ?

 

Levenloze avait sans nul doute passé la plus belle nuit de sa vie, le manque de sommeil était responsable de ses inquiétudes incessantes. Elle se leva tant bien que mal. Vanillova sentait une grande faim l'a saisir violemment, la vue se mit à se troubler tandis qu'elle avait la sensation que quelque chose lui compresser le cerveau. Trébuchant un peu, et sur le point de tomber  terre, elle sentit les mains de son ami la rattraper avec douceur.

 

-Tu devrais manger ma grande  ! Attends, je t'ai ramené deux trois fruits rien que pour toi. Je sais que nous avons des provisions dans le sac, mais tu n'as pas pensé à prendre des fruits et légumes.
D'après un livre, c'est super bon pour ta santé. si tu savais comme ils sont juteux, et sucrée, là assis toi.


Il prit sa main, l'a menant doucement au sol, lui présentant les dit fruits.

 

Je l'ai ai déjà goûté et il y a pleins d'arbres qui regorgent de fruits, et j'ai vue tellement de légumes, mais on verra ça plus tard, mange.


Ceux ci ressemblant à des nectarine, mais quand elle croqua à pleine dent, le jus et la chaire tendre ne faisais qu’accroître un peu plus son appétit. En relevant la tête, elle vit son ami lui sourire, lui rendant en mangeant jusqu'à ce qu'elle en soit repue.

 

-J'ai toujours du mal à y croire, même encore aujourd'hui.

Commença t-elle, perplexe.

Son ami surpris, se retourner vers elle, non sûre qu'elle est parlé. Elle reprit bien vite.

 

Je suis là, dans une forêt la plus bizarre, presque fantastique, avec un ami qui était encore dans ma tête il n'y a pas encore un mois. Tout ça pour aller sauver les gardiens, et accessoirement le monde en compagnie d'un dieu.

 

 Elle soupira longuement, les yeux rivé vers le ciel, celle ci un peu caché par quelques branches. Levenloze l'a regardait un moment, comprenant son ressentis.

 

 Et me voilà, moi, une simple humaine, m'apprêtant à entrer dans un temple d'Orzoul pour y apprendre à parler leurs langues.  Elle tournait son visage vers lui, l'air désolé.

Je suis désolé, je me répète. C'est juste dingue ce qui m'arrive... Enfin de ce qui NOUS arrivent. Levenloze, j'ai besoin de temps pour digérer tout ça. Et dire que c'était parti d'une simple exploration enfantine. Regarde, tu es là. En chaire, en poil et en os. Elle fit un petit sourire, disparaissant aussitôt. Je ne suis plus seule, mais à quel prix...

 

-Tu sais, je suis aussi passé par là, nous sommes passé par là. Je vais préparer nos affaire pour aller au temple. Essayons d'oublier le passé, ça ne nous avancera pas, bien au contraire. Je n'aime pas trop être sérieux, je préfère les passer à rigoler avec toi ! Le passé n'a pas été radieux, mais dès à présent, à nous de changer ça pour l'égayer par de nombreux bons souvenirs, tu ne trouve pas ?


Elle souriait cette fois ci joyeusement. Levenloze se relevant pour préparer leurs sacs.

 

-tu sais trouver les mots, à bas les mauvaises augures, même si en mon humble avis...  Ils se produirons.

-Je t'ai entendu Vanillo  ! Profitons du moment présent, D'accord  ?
Et puis c'est quoi cette mauvaise mine que tu me tire tout d'un coup  ?

 

 Il revint bien vite, une bouteille d'eau qu'il lui donna avant de s’asseoir à ses cotés. Elle en bu quelques gorgée en l'écoutant.

 

On est là, et c'est ce qui est important  ! Si tu commence à penser au futur, alors on n'est pas sortie de l'auberge.
 

-Hoo  ! Bien joué Levenloze, très bien joué le coup de l'auberge  !

 

 Elle riait de bon cœur, ce même cœur lourd redevint léger, elle sentait au fond d'elle une sensation de bien être qu'elle pensait disparu depuis bien trop longtemps.

 

On devrai en créer plus souvent des moments merveilleux comme ça, si tu savais comme je me sens légère.


Elle riait de nouveau à la maladresse de son ami, mais elle redevint vite extrêmement sérieuse, s'arrêtant de rire.

-Levenloze...  ?

 

Il se tourna vers son amie qui avait l'air pâle, il s'approcha vers elle, affolé.

 

-Vanillova  ! Ça va  ? Tu t'es fait mal quelque part  ??

 

-Non non, c'est juste, que je n'ai pas demandé à Orzoul le chemin pour aller au temple, comment on va faire  ?

 

Levenloze resté interdit, le souffle coupé, il mit sa main devant la bouche.

Vanillova elle le regardait bouche bée, se regardant ainsi durant un petit moment, mais quelque chose était en route.

 

Les oiseaux s'envoler au loin, comme s'ils évitaient un grand danger.

Réveillé par cette étrange événement, l'heure était de se mettre en sécurité.

La présence semblait savoir exactement où elle pour les retrouver.
Les oiseaux s'envolant à mesure qu'il avançait.

-Vanillo, nous devrions partir  !

 

-non, si ça se trouve il ne nous veut pas de mal. Enfin, si ça se trouve je me trompe totalement, mais j'aimerais le voir.

 

Ses pas se fit entendre, c'était de lourds pas, un bruit de métal les accompagner.

 

-Nous devrions vraiment partir...

 

Désespéré, il ne pouvait que soupirer face à l'incroyable entêtement de son amie.

 

-Attends une minute, mais je reconnais ces bruits. C'est Wolthazur !

 

 Elle s'écriait de joie. Levenloze, confus se laissa entraîné par la main de son amie. Ils coururent ainsi durant quelques minutes, les pas étaient désormais de plus en plus proche jusqu'à ce qu'en écartant une fougère, elle pu voir l'un des Gardiens à qui elle lui devait sa victoire contre l'Entité.

 

-Je suis là pour vous réorienter. Sa voix métallique était impérieuse.

 

Les deux amis de regardant mutuellement avant de se décider à le suivre.

 

-Il s'est passé quelque chose depuis notre départ?

 

 Sa voix avait perdu en assurance.

 

-Orzoul s'est beaucoup alarmé à ton sujet, comme tu ne revenais pas il pensait que quelque chose de mal passé. Mais quand je vois cette forêt... Je pense qu'il sera vraiment déçu, tout comme moi.

 

-C'est moi et moi seul qui ai fait tomber l'orbe, Vanillova n'y ai pour rien!

 

Il parlait rapidement, comme voulant expédié tout les maux à son compte. Vanillova elle dévisageait Levenloze en fronçant les sourcils, cette faute fut commise par eux deux.

 Elle se tourna rapidement vers Wolthazur, celui ci abordant un visage froid.

 

-Nous sommes tout deux responsables, mais si nous pouvons nous faire pardonner, par une quelconque manière, j...

 

-C'est Orzoul qui décidera sur votre sort, pas moi. Coupant net la parole à Vanillova. Vous n'avez pas l'air de saisir la gravité de la situation.

Maintenant, silence. Garder votre salive pour plus tard, croyez moi sur parole vous en aurai besoin.

 

Tout deux baissèrent la tête et continuèrent en silence. Le voyage fut long et éprouvant, mais honteux, ni Vanillova, ni Levenloze dirent un mot jusqu'à ce qu'ils soient enfin atteint à un temple.

 

-Nous y sommes, n'oublier pas ce que je vous ai dis. Même si ça ne m'enchante pas, vous devez expédier votre erreur.

 

-Mais...

 

-Oui je sais, vous n'étiez pas au courant pour cette règle.

 

 Il se tourna  pour leur faire face.

 

 Mais une règle est une règle. Je vous conseil d'aller voir du coté de nos archive, aussi vous ne serez plus pris au dépourvu.

Mais pour le moment, vous allez devoir réparer votre erreur.

 

-C'est ce que je voulais demander, qu'est-ce qu'on peut faire?

 

Levenloze évaluait un court moment son amie avec une pointe de tristesse, regardant de nouveau Wolthazur.

 

-C'est simple. Répondit-il avec neutralité.

 

 Vous aller prouver votre bonne foi en allant apprendre la langue de notre père. Mais avant, si bien sûr il le peut, vous devrai vous entretenir avec lui avant votre départ. Des questions?

 

Il les examinait à tour de rôle, Vanillova réfléchissait, mais Levenloze lui s'avança de quelque pas.

 

-Je me demander, en quoi apprendre la langue d'Orzoul va faire en sorte de réparer notre erreur? En plus, nous étions censé apprendre la langue d'Orzoul à la base, non?

 

Levenloze jetait un regard non assuré à son amie qui elle le regardait avec des grands yeux regardant Wolthazur, comme prise par une intense révélation. Wolthazur souffla du nez, une épaisse vapeur s'en échappa. Tout deux ne savant pas si c'était de l'impatience, ou s'il exprimer colère ou tout autre émotion.

 

-C'est vrai. Répliqua  le gardien au bout d'un moment.

 

 Mais il y a quelque chose que je ne vous ai pas dit. Nous les gardiens, nous ne sommes pas des enfants de cœur. Orzoul désirait vous faire passer l'épreuve de la langue en enlevant les difficultés qui fait sa renommé en notre siège. Mais comme vous avez laissé tombé une orbe, vous devez prouver votre bravoure.

 

Levenloze ouvrit la bouche pour contester . Mais Vanillova fut plus rapide.

 

-Prouver notre bravoure pourquoi? Qu'est-ce qui va nous arriver? 

 

Vanillova palpité, Levenloze mit sa main sur son épaule, comme pour l'apaiser, bien que lui même ne l'était pas vraiment non plus. 

Wolthazur se courba le plus possible pour arriver à leurs tailles, les observer tours à tours.

 

-En laissant tomber Gan, vous vous êtes mis dans un danger dont vous n'imaginer pas l'ampleur. Orzoul est en colère non pas parce que l'orbe de Gan est tombé par terre, mais bel est bien pour votre bien être. Si vous êtes incapable de passer l'épreuve de la langue en bonne et due forme, peut être, et je dis bien peut-être que vous arriverai à survivre aux nombreux dangers qui sonnerons à votre porte. Mais avant d'aller dans la grande salle, j'ai deux choses à vous dire.


Premièrement, je vous ordonne de me suivre jusqu'à ce que j'ai ouvert la porte, n'ayant pas encore appris la langue, vous ne pouvez ni toucher, ni voir l'entrée du temple.

Deuxièmement, n'oublier pas que pour vous rendre à la grande salle, il faut aller tout droit en partant du couloir principal. N'oublier pas de réfléchir fortement à celle ci quand le temple se défragmentera pour se réorganiser, reçu ?

 

-Reçu!

 

D'une même voix, mais seul la puissante voix de Levenloze se fit entendre.

Il hocha la tête avant de se tourner, marchant dans ce qui était une plaine vide.  Wolthazur marcha un moment avant de poser non avec douceur ses deux énormes boucliers.

Bien vite, il leva ses deux mains et faisaient mine de les poser sur une surface.

Mais ne voyant rien, les deux amis se regardait mutuellement avant d'observer le gardien.

 

Ils pouvaient entendre un lourds mécanisme se mettre en marche. Le bruit était tel qu'ils durent se boucher les oreilles pour couvrait le bruit du mécanisme invisible. Wolthazur se recula de quelques pas et le bruit d'une lourde porte s'ouvrit, seul le gardien pouvait la voir.

 

-Vanillova, Levenloze, tenez vous à moi.

 

 Il reprit ses deux boucliers et se mit en marche, Vanillova et Levenloze se tenait à lui, non sûr de savoir à quoi s'attendre jusqu'à ce qu'il soit tout deux soient transportés dans une sorte d'autre monde. Ébahi, Vanillova et Levenloze regardait les alentours, regardant derrière. La porte était à présent visible, elle se refermer derrière eux. Celle ci comportait de très nombreux écritures étranges, ainsi que des lourds système de sécurités se refermaient lentement, mais avec un lourd bruit tout aussi impressionnant.

 

Bienvenue dans le temple le plus craint par certains, et le plus vénéré par d'autre. Commença t-il.

 

Le temple où le parchemin Languial repose en son cœur. Mais comme je l'ai dit et redit précédemment, vous devrez aller voir Orzoul qui je n'en doute pas à deux mots à vous dire.

Mais avant de vous quitter, je tiens à vous prévenir du danger. Seul les plus téméraires, et les plus courageux y sont parvenu, le reste... Le reste sont mort.

Alors s'il vous plaît, au nom d'Orzoul, ne mourrez pas.

 

Après quoi, il parti, disparaissant dans un coin sombre du temple. Vanillova se mit à observer le temple. Ils se trouvaient dans une immense pièce, vraiment semblable au temple où elle fut tombé. A l'exception que tout semblait vieux et en ruine. Des morceaux manquaient aux piliers qui semblait peiner à supporte le temple.

 

-Bon, hé bien quand il faut y aller, faut y aller.

 

Levenloze écarquilla les yeux.

 

-Une minute, tu ne compte quand même pas aller te jeter dans cet épreuve tout de même ! T'as entendu ce qu'il a dit !

 

Vanillova pris une grande inspiration, son visage trahissait son courage. Celui ci emplie de terreur.

 

-Je sais, je sais qu'il y a un grand danger en bas, mais Wolthazur a raison.

 

 Elle se tournait vers lui.

 

 Si nous ne pouvons terminer cette épreuve, nous ne réussirons pas à sauver les gardiens, et qui sait Levenloze. Peut-être que l'Entité s'en prendra à l'humanité si je ne fais rien, tu comprends ?

 

Il hocha la tête avant de presser la marche quand il vit que Vanillova commençait à marcher de plus en plus vite.

 

-C'est ce que j'appelle être au mauvais moment, au mauvais endroit.

 

La voix était douce mais dégageait néanmoins une grande puissance. Vanillova regardait autour, non sûre d'elle. La voix semblait venir de tous les cotés.

Levenloze lui serrait les poings, il ne sentait aucune présence dans l'immense couloir où ils étaient.

 

-Qui est là ?

 

 Sa voix était tremblante, elle sentait la main de Levenloze lui prendre un instant l'avant bras pour l’amener à ses cotés.

 

-Je forme un tout, tout en n'étant que poussière.

 

-Écouter, nous n'avons pas le temps de jouer à votre devinette. Pouvez vous nous aider à trouver la salle principal ?

 

Le gardien paru amusé, riant doucement.

Levenloze serrant les dents.

 

-Vous voulez passer sans nul doute l'épreuve la plus dur pour un Créontre, et vous ne savez même pas trouver votre chemin. Votre indécision trace votre destin, celui de la mort. C'est inéluctable.

 

-Tant que je vivrais, rien n'arrivera à Vanillova !

 

Le gardien paru encore plus amusé.

 

-Comme c'est charmant, mais simplement futile. Nous les gardiens, ne sommes pas disposés à donner conseils à tout Créontres bravant le portail vers le parchemin Languial. Mais vous, vous êtes différent. Alors je vais vous accorder un unique conseil, mais avant... En tant que bon gardien, laisser moi me présenter à vous.

 

Les derniers échos donnèrent vite place à un lourd silence. A leurs plus grande surprise, de la poussière lumineuse se mit à tournoyer de plus en plus vite avant de former une sorte de sphère lumineuse. La mystérieuse sphère briller tel une petite étoile, peinant à rester allumé, suivit d'une seconde, et d'une troisième jusqu'à ce que des dizaines, puis centaines, des milliers de petites étoiles brillent atteignant bien vite les millions.

Vanillova se reculait en ne savant que penser.

 

-Vite Vanillova, éloigne toi d'ici.

 

 Il l'invita à prendre sa main avant de l'entraîner derrière lui, gardant en vu ces millions de minuscules petites étoiles qui étaient à présent des milliards. Leurs nombres ne faisaient que croître. Bien vite, les étoiles se mirent à virevolter dans un vent glacial, forçant Vanillova et Levenloze à reculer d'avantage, les bras levé comme moyen de protection.

Le vent était à présent une bourrasque, si grande que les deux amies tombèrent sous sa redoutable puissance.

 

Mais leurs étonnement furent à leurs apogée quand ils virent que les étoiles formaient une nébuleuse miniature. Celle ci tournoyant de plus en plus rapidement jusqu’à ce que des bras en sorte, suivit de ses épaules et enfin le torse. Formé de nuages poussiéreuse, d'étoiles flamboyant il les contempler en inspirant longuement. Il inspiré longuement et calmement mais néanmoins bruyamment comme s'il respirer à nouveau de l'air pur. Ils pouvait voir un véritable univers minuscules, brillantes et aussi majestueuses mais aussi vrai que nature. Le gardien nébuleux leurs fit face et ouvrir ses yeux qui semblait être deux supernova. Les couleurs constituant ses yeux était nombreuse et vives, rendant son regard hypnotisant.

Le gardien les inspecter avec une plus grande condescendance.

 

-Regarder vous, ma simple compagnie à réussi à vous retirer vos mots de la bouche..

Mais trêve de bavardage. Je me présente, je suis Rokobh. Le gardien nébuleux. J'aimerais vous affirmer que je suis à votre service, mais ce ne sera jamais le cas.

 

 il se mit à ricaner doucement, se tournant. son corps était une sorte de voile immense de poussière d'étoile, ses bras et sa tête formait vaguement la forme d'un être imposant ses bras semblait être une nuée de poussières, dont les couleurs se collait sans vraiment s'assimiler.

 

Comme je viens de dire, je vous accorde qu'un seul et unique avertissement. L'endroit où se trouve le parchemin Languial est dissimulé et protégé par de nombreux leurres. Il n'y aura personne d'autre que vous deux. Mettais vous bien ces mots dans votre crâne. Alors peut-être, je dis bien peut-être que vous en sortiras vivant. Mais ce qui est sûr, c'est que peu importe votre détermination, votre ferveur, votre camaraderie. Votre corps, votre esprit sera à tout jamais noirci par l'épreuve. Sur ce!

 

Un sourire se forma parmi le nuage de poussière lumineux.

 

 Je vous souhaite à tout deux une aubaine extraordinaire ! Non, une aubaine qui frôle un prodige absolu sinon un miracle.

Ho au fait, la salle principal était tout droit. Dans ce couloir, vous pouvais prendre à droite, ou à gauche de la grande statue. Vous savez le gros cailloux qui forme un gardien. Devrais-je aussi vous apprendre à marcher ou ça ira ?   

 

Vanillova lui jeta un regard désabusé, le gardien se moquer d'eux. Levenloze lui ne comprenait pas son affront, lui adressant un sourire. Le gardien leurs fit un aurevoir en leurs riant au nez, tout ses étoiles éclatèrent de milles feux, les poussière d'étoiles caressant leurs peau celle ci produisait une sensation de chaleur, mais très légère.

Tout deux se relevant avant d'entendre le rire narquois du gardien peu à peu s'évanouir.

 

-Ha oui? Tu vas voir de quel bois on se chauffe!!

 

 Mais le gardien était déjà évaporé. Elle jeta un regard prompt à son ami.

 

-Allons-y, ne faisons pas attendre Orzoul.

 

-Mhm ? Comme réveillé, il se hâta de l'a rattraper. Tu lui dira quoi quand il sera en face de nous ?

 

 Il marchait à ses cotés, ses yeux, malgré un peu caché par son masque d'os exprimé une profonde inquiétude. Vanillova elle se contentait de contempler le sol, comme réfléchissant à une issue.

 

-Comme d'habitude. Se tournant vers lui, un fin rictus se dessinant sur son visage. Nous allons improviser.

 

-Mais tu ne sembles pas prendre cette histoire au sérieux ! Tu as entendu ce gentil gardien ? Malgré ses bons conseils, l'épreuve qu'on va passer sera la dernière, on a laissé tomber Gaan par terre, et pour finir Orzoul n'est vraiment pas content de nous. 

 

-Chaque chose en son temps. Une minute... Ce gentil gardien... ? Comme se parlant à elle même, se ressaisissant rapidement. Quoi qu'il en soit, je sais que ça peut paraître bizarre, mais je suis sûr que ça va bien se passer. Enfin du moins, faisons en sorte d'avoir le moins de problèmes possibles !

 

Levenloze écarquilla les yeux, impressionné par les changements soudains d'humeur de son amie. Elle semblait tout d'un coup si confiante en elle. Comme si elle avait deux personnalités.

 

-Tant que je ne suis pas séparer de toi, c'est tout ce qui m'importe.

 

Vanillova le regardant à son tour un court instant, regardant à nouveau au loin. Arrivant tout près de la dite statue, allant à droite.

 

-Ça, ça ne risque pas. J'en fais le serment.

 

Levenloze sentait quelque chose au fond de lui même, les yeux écarquiller, il fixait son amie un moment avant de regarder devant lui. Continuant jusqu'au sceau au centre de la grande salle. Celle ci était à environs un kilomètre de la porte d'entrée de la salle.

 

Nous y voilà enfin. Celui ci de temple est vraiment grand.

 

Elle regardait au alentours, Levenloze faisant de même. Les piliers étaient pour la plupart délabrés. Le plafond n'était pas visible, et quelques rocher avait effrité le sol. Comme s'il y eu lieux un terrible combat entre deux titans.

 

-Je le trouve surtout très abîmé, je me demande pourquoi... Mais tu sais au moins comment appeler Orzoul ?

 

-Jusque là, on a agit en parfait touriste, mais pas cette fois ci Levenloze. S'approchant du socle, et de la coupe. Mon seul regret, c'est d'avoir déçu Orzoul, mais nous allons réparer ça, n'est-ce pas ? Levenloze était resté un peu en retrait, non confiant.

 

-On peut tout réparer, tant qu'on y met la volonté nécessaire ! Il souriait grandement, mais son sourire peu à peu disparaissant. Par contre, tu es sûre que ça marche comme ça ? Je veux dire, on a assez causé d'ennuis comme ça.

 

-Non, ne t'en fais pas, je sais comment faire, en fait la première fois que j'ai activé le sceau, je l'avais touché du doigt et le liquide s'est mis en ébullition avant de couler, alimenter les écritures. Montrant à Levenloze du doigt le trajet approximatif du liquide.

Et il s'est mis à flotter.

 

-Flotter ? Non sûr d'avoir bien entendu, prenant un air curieux.

 

-Exactement ! Fit-elle en souriant, se tournant vers la coupe. Il suffit juste de toucher...

 

-Ne fait pas ça. Vanillova sursauta alors que son doigt allait toucher le liquide, à l'instar de Levenloze. Vous n'aller tout de même appeler Orzoul j'espère.

 

Vanillova reconnaissait cette voix, mais n'en fut pas sûre jusqu'à ce que le gardien sorte de la pénombre. C'était nul autre qu'Alkruziksivaas.

 

-Alkruziksivaas ? Pourquoi je ne dois pas l'appeler ? Wolthazur m'a pourtant demandé de m'expliquer auprès d'Orzoul.

 

Levenloze regardait son amie admiratif par sa bonne mémoire, se tournant vers le gardien du soleil qui était tout proche, s'arrêtant tout proche d'eux.

 

-En effet, vous étiez censé appeler Orzoul. Mais je refuse. Je refuse que vous lui infligiez une tel peine.

Notre père... Aime et s'attache rapidement à toute personne qu'il rencontre. Bonne ou mauvaise, il ne fait aucune différence. Il voit le bon en tout le monde, et souhaite ardemment corriger ce qu'il a commis dans le passé en faisant le bien autour de lui, même si il doit de ce fait mettre sa vie en jeu.

 

Il soupira, fermant les yeux un moment en voyant l'étonnement de ses deux interlocuteurs.

 

-En d'autre terme, il ne pourrais pas supporter de savoir qu'il vous ai arrivé quelque chose de grâve, à moi ou à qui que ce soit. Il a eu suffisamment de perte, ne lui infliger la souffrance de passer du temps avec lui pour mourir durant l'épreuve.

 

Les deux amis se regardèrent tout deux, bouche bée. Vanillova s'avançant d'un pas.

 

-Alkruziksivaas, ce que vous nous demander, c'est d'y aller sans prévenir Orzoul ? De toute façon, nous n'allons pas nous laisser faire aussi facilement ! Levenloze serrait les poings, regardant son ami puis le gardien avec détermination.

 

-Ce sont vos actions qui doit parler pour vous. Les mots ne sont que beau à entendre, ni plus ni moins.

De plus, j'ai vue bons nombres de Créontres expérimentés et entraîné dès leurs naissance laisser leurs vies ici bas. Penser vous que vous êtes en mesure de réussir quand vous, vous avez passé vos vie à flâner tel des papillons ? Sans but, ni futur ?

 

-Je le sais, mais vous avez oublié quelque chose. Alkruziksivaas se redressa du haut de ses quatre mètres vingt cinq, Vanillova pris la main de son ami, souriant. Je ne suis pas seule ! Nous ne sommes qu'un, nous nous complétons. Nous possédons chacun un défaut que l'autre pourra compenser ! Nous ne sommes pas des créontres, nous sommes Vanillova et Levenloze !

 

Elle sentis que son ami lui serrai doucement la main, n'ayant pas besoin de mots de sa part pour comprendre qu'il était tout cœur avec elle. Vanillova cependant cru voir un très léger rictus, mais apparaissant que trop  rapidement pour en être sûre.

 

-Nous verrons à la sortie si vous sortez en un seul morceaux, mais pour le moment, suivez moi. Comme vous semblez en forme, vous allez le passer demain dès l'aube.

 

Ne voyant aucune objection, les deux amis suivirent le gardien pendant un moment.

 

-Dite, Alruziksivaas avant de nous reposer, est-ce que vous compter nous dire au moins ce qui nous attends exactement ? Levenloze releva la tête soudainement pris par la question de Vanillova.

 

-Ce qui vous attends exactement ? Des pièges en tout genres, des épreuves de vitesses, de force, de réflexions. Vanillova, contrairement à Levenloze tu as fais face à une partie de l'Entité. Mais en parlons de lui, nous ignorant de quel gardien il vient.

 

Tout deux se regarder l'air interdit, le suivant de près.

 

-Que voulez vous dire par ''quel gardien il vient'' ? Vous voulez dire que vous êtes tous une partie de l'Entité ?

 

Le gardien croisant les bras, mais de dos, ils ne purent voir son air maussade.

 

-En quelque sorte oui. Nous puisons notre pouvoir de cet être infâme.

Mais il y a une chose que vous devez savoir sur nous. Sauf une rare exception, nous n'utilisons jamais notre pouvoir à son paroxysme. Savez vous pourquoi ?

 

-ça pourrait vous détruire ? Non sûre d'elle.

 

-Moi je pense plutôt que ça vous rends hors de contrôle. Alkruziksivaas souriant.

 

-Vous n'avez pas tord, tous les deux. Mais pour être exact, ça nous détruis aussi bien de l'intérieur que l'extérieur. Notre pouvoir se retourne contre le porteur, mais la puissance qui s'en dégage est si puissante, si destructrice. Il s'arrêta un moment, reprenant aussi vite. Un gardien a survécu à l'utilisation intensif de son propre pouvoir mais il est devenu... Enfin je veux dire qu'il n'est plus vraiment lui même si vous voulez tout savoir.

 

-Vous voulez dire qu'il en est devenu fou ? Et moi, il me semble avoir absorbé la force de l'Entité. Et...

 

Nous en reparlerons après. Pour le moment, je dois me rendre à une réunion entre les Frégardiens. Je vous emmènes dans vos dortoirs, reposer vous et garder votre force pour demain vous en aurai besoin, croyez mois sur parole. Il eu un moment de silence durant lequel ils pouvait entendre très légèrement une énergie venant du corps d'Alkruziksivaas, ainsi que leurs pas. Venez, nous ne sommes plus très loin, elles serons à votre gauche. En face, il y a une cuisine ou vous pourrez vous servir à loisir à manger, mais attention ! Surveiller bien ce que vous manger, il vous faut un repas complet et le plus sain possible.

 

Alkruziksivaas tournant à droite, il leurs montra un couloir immense où à leurs droite et leurs gauche se trouvaient des portes entre chaque piliers.

 

-encore une chose avant de partir. Faites attention à vous.

 

-Je ferai attention à elle.

 

-Et moi à lui. Ajouta t-elle en lui souriant, le gardien n'ajouta aucun mot avant de partir.

 

Je vais pas te mentir Levenloze. Elle lui fit fasse, lui faisant un sourire non rassuré. Je ne me sens pas tout à fait confiante pour ce coup là.

 

-T'inquiète pas, je serai là pour te protéger, et puis si des Créontres ont réussi, nous pouvons le faire.

 

Il posa sa large patte sur son épaule, souriant largement.

 

-Hey !! Mais c'est la petite humaine ! Tout deux se retournant, surpris. Vanillova reconnu le gardien de la faim, Haper.

Levenloze regardait son amie puis le gardien qui s'approchait.

 

-Tu le connais ? Décidément  tu es connu ici.

 

-Bonjour heumm... Vous êtes Haper c'est ça ? Il se mit à rire de bon cœur face à l'indécision et ses manières polies de Vanillova.

 

-Exact ! Bonne mémoire pour une débutante, mais tu sais tu peux éviter les vouvoiement, les politesses, tout ces trucs inutiles de ce genre. T'es ici comme chez toi ! Tournant le regard vers Levenloze, surpris.

Ho pardonne moi, je suis Haper, mais ça tu le sais déjà.  Il lui serra la main.

Tu dois être...

 

-Moi je suis Levenloze, le meilleurs ami de Vanillova ! Il le sera un peu fort, sans le faire exprès.

 

-Ouais c'est vrai, l'ancien ami imaginaire, tu sais elle s'est vachement surpassé, si je puis me permettre. D'ailleurs, t'as une sacré poigne en passant.

 

-Haper, pourquoi es tu ici ? Il se tourna vers elle, mettant ses pattes sur ses hanches.

 

-Parce que j'en ai envie tiens. Il ria doucement, mais devint sérieux. Pour être honnête... Il se gratta derrière l'oreille.

Je me suis dépêché de venir quand j'ai su que tu allais passer l'épreuve. Oui je sais tous les gardiens encore sain d'esprits le savent depuis pas mal de temps mais j'ai eu... Disons une affaire importante.

Il soupira bruyamment, se frottant la tête mais arrêta son geste.

Non plus sérieusement, c'est vrai ce qu'on dit ? Tu vas réellement passer l'épreuve pour lire le parchemin Languial ?

 

-Ce qu'on t'as dis est vrai, mais je ne suis pas seule, j'ai Levenloze avec moi. Mais je voudrais savoir une chose. Depuis que je suis arrivé dans le temple, malgré la distance qui vous séparent, vous semblaient tous savoir à l'avance et presque au moment précis tout ce qui se passe. Vous avez une sorte de moyens de communications à longue distance ?

 

-On peut dire ça oui, on a une ''communication à distance''.. Mais écoutez vous deux, parler comme ça au beau milieu d'ici c'est pas vraiment tip top, alors ce qu'on va faire c'est discuter à table tout en prenant le repas de notre vie ! Il leva les bras, le gardien soudainement enjoué à l'idée de manger.

 

-Moi ça me va ! Et toi Vanillova, t'en penses quoi ? Haper lui fit un clin d’œil d'approbation. Vanillova, elle pouvait voir l'air enjoué du gardien et de son ami.

 

-J'aimerais bien, mais Alkruziksivaas nous a dit de manger sainement. Haper éclata de rire.

 

-Mais laisse le, t'as le droit de dire ton mot là dessus. Vous le savez déjà qu'ils sont un peu à cheval sur leurs règles. Tout doit, être carré franchement c'est déprimant. Mais Surtout Alkruziksivaas ! Lui c'est un champion. D'ailleurs, on se dispute souvent sur ça.

Quoi qu'il en soit, tu préfère pas avoir de la bonne bouffe dans ton assiette, celle ci remplie au ras bord ? De la bouffe qui te transporterai au paradis ? Ou de la nourriture pas vraiment appétissante ? Je veux pas vous influencer, mais la nourriture. La vrai, la bonne. C'est la vie !

 

-Une minute, vous, enfin dans le sens vous les gardiens, vous connaissait autant de chose sur les humains ? Comment connaissait vous le paradis ? C'est les humains qui ont inventé le concept pourtant.

 

-J'aimerais te le dire sincèrement, mais ce serai vous gâcher les trucs incroyable que vous pourrais faire avec cette langue. Bon aller, si l'un de vous n'a plus aucune objections, allons dans ma cuisine personnel.

 

-Personnel ? Celle là ne suffit pas ? Elle pointait la cuisine la plus proche ?

 

-mhmm... Non.

 

-Ha bon, pourquoi ? Il sourit, se tournant vers eux.       

 

-Parce que si tu cherches répugnant dans le dictionnaire, il n'y a pas de définitions, y a juste la photos de la cuisine. Sérieusement, je ne vais quand même pas vous faire manger de cette bouffe là. Mais attention, c'est exceptionnel. Je vous aime bien mais je préfère la nourriture.

 

-Merci alors.

 

-T'inquiète, entre ami, on doit bien se serrer les coudes. Voyons voir...

Ha oui ! C'est par là, suivait moi.

 

Il tourna à droite puis à gauche, Haper devant, il marchait rapidement. Seul Vanillova avait un peu de mal à les suivre et devait même trottiner.   

 

-Là, on y est. Attention vous deux, laisser moi vous présenter le paradis en personne. Il ouvrit la porte vers une grande salle avec en son milieu une table ronde. Soyez pas timide, entrer ! Je vais pas vous manger non plus. Plaisantant, il referma la porte avant de les rejoindre.

 

Je vous laisse vous installer, je vais laisser mes larbins s'occuper du service.

 

-Des larbins.. ? Les pauvres. Levenloze tirant une tête attristé en pensant au sorts de ses serviteurs.

 

-Hey relax Lenzo, si je peux t'appeler ainsi. C'est un nom affectueux que je leurs ai donné. Et puis tu sais comment ils m’appellent eux ?

 

-Non comment ? Demandant timidement, entièrement pris par le suspens.

 

-Ils m'appellent entre eux, le légendaire puits-sans-faim. 

 

Le gardien et Vanillova éclater de rire alors que Levenloze les regardait incrédule.

 

-Bon, trêve de plaisanterie, il est temps de passer à table !

 

Il se dirigea vers la table suivit des deux amis. Une fois installé, Haper frappa des mains deux fois, le bruit raisonnant un moment dans la grande salle. Bien vite, une porte au fond de la salle s'ouvrit. Des rats portant chacun un plat vint le porter sur la table, tous faisant une révérence à leurs maître avant de partir.

 

C'est ainsi qu'ils se retrouvèrent avec un nombre incalculable de plat sur la table.

Vanillova et Levenloze se regardait en se demandant si c'était nécessaire d'apporter autant.

 

-Ne vous en fait pas, je sais ce que vous penser, et je le mangerais plus tard en leurs compagnie pendant que vous vous amuserais à passer le test si je puis dire du parchemin languial.

 

Elle observa les plats, puis le dernier rat qui fit sa révérence avant de se retirer, Haper lui se frottait les mains avant d'attaquer. Levenloze lui manger déjà de bon cœur.

Elle prit un morceau de cuisse d'un animal inconnue avant de croquer dedans.

 

-Bwofsqou vfou sfe... Il avala ce qu'il avait dans la bouche, se corrigeant.  Puisque vous semblait tout deux si inquiet, je vais vous donner tous les conseils pour réussir au mieux cette épreuve. Mais avant, je veux que vous me promettait de ne jamais rien dire à qui que ce soit d'autre. Ça reste entre nous, ok ?

 

Vanillova et Levenloze se regardait un moment.

 

-On le promet, on ne dira rien, mais pourquoi vouloir nous aider à ce point sur l'épreuve ? Et puis il ne faut pas oublier qu'Alkruziksivaas s'est porté garant pour nous donner les informations nécessaire sur où aller exactement.

 

-Il vous dira ces choses certes, mais ils ne vous donnera pas les trucs, et les astuces pour passer sans trop de casse.

Certes, y a cette histoire comme quoi vous avez laissé tomber l'orbe et que certains Gardiens corrompu serons attirés vers votre futur maison, mais l'important est que vous gagner du temps.

 

-Gagner du temps ? Je ne comprends pas.

 

Haper fit une petite grimace, réfléchissant intensément. Cherchant à trouver les mots les plus exact, il posa ses deux bras sur la table, joignant ses doigts tout en se penchant vers eux.

 

-Disons que c'est moi qui souhaite ça ; vous savez. Quand j'étais jeune gardiens, enfin que j'avais succédé mon père, e n'y connaissais vraiment rien dans les temples, vraiment. Et il m'a fallu du temps, et c'est ce temps qui m'a permis de rebondir malgré mes difficultés.

 

Et je veux vous faire ce cadeau, compte tenu aussi que vous êtes les petits grains de sable qui risque de faire chambouler la balance.

Nous avons fait taire une guerre de rand mondial. Mais maintenant, tu as bousculé cette équilibre, c'est quitte ou double comme vous dite

 

Il soupira un moment, croquant dans un morceau de fruits étrange, avalant rapidement.

Cependant, il vit une culpabilité sur son visage.

 

Écoute Vanillo, je ne veux pas te donner un sentiment de regret, tôt ou tard nous n'aurions pu résisté à ce manque de sommeil.

 

Il lui fit un petit sourire, jetant dans sa bouche le dernier morceau du fruit.

 

Quand... Quand tu as réussie cette prouesse, nous avions un plan pour toi. Au début Orzoul n'était pas du tout enchanté de cette nouvelle, mais ça tu le sais déjà, tu y était.

 

Quand à cette histoire de plan, nous, nous continuons de maintenir cet équilibre pendant que vous, vous aller dans différent temple pour voir si le gardien des lieux a encore toute sa tête.

 

 Si ce n'est pas le cas, nous devons nous assurer que vous puissiez survivre à ses attaques par un bon entraînement.

Mais vous avez précipité en laissant tomber Gaan, les Gardiens corrompu font tout pour posséder encore plus de pouvoir afin de ne devenir plus qu'un. Ils deviennent et pensent comme l'Entité et veulent tout comme lui redevenir ce qu'il était autrefois. Ce ne sont que des être rongé par la colère, exactement comme lui.

 

En revanche si il a toute sa tête, ça pourrai renverser la balance. Certains d'entre nous pourrons dormir, puis celui qui dormira ira vous aider à en ramener un autre, etc.

 

Et c'est là qu'entre en jeu mon plan : Gagner du temps.

C'est quelque chose de primordial, pour nous, mais surtout comme pour vous. Tout ce qui nous concerne vous sont complètement illogique, invraisemblable, en bref je vous conseil d'aller le plus souvent possible dans la salle des archives. Et dernier petit point avant de vous donner conseil. Quand vous reviendrai de l'épreuve Languial, vous ne verrai plus le monde de la même manière, surtout le temple. Enfin, je ne vais pas en dire davantage, je vous laisserai découvrir tout ça par vous même. 

 

Écouter moi attentivement parce que là je ne plaisante plus.

Quand vous serez là bas, vous ne devez compter sur vous même, je sais que c'est dur à avaler mais c'est le cas. Il y a ici bas des pièges fourbes.

Ceux ci s'adapte à la personne afin qu'il dépasse ses limites.

 

Bien sûre, s'il y a plusieurs candidats, les pièges s’adapteront là aussi. Ainsi il y a une forme d'égalité entre les plus forts et les plus faibles. Mais attention, vous ne devez pas prendre cette info comme une sorte de bonne nouvelle, au contraire. Vous devez l'a prendre vraiment au sérieux, car même si ceux ci s'adapte aux Créontres ou a vous en l’occurrence, le danger demeure très grand.

 

Voici donc le premier conseil pour vous faire un très court résumé.

Maintenant, voici la partie la plus importante.

 

Haper se mit à expliquer aux deux amis en essayant d'abréger le plus possible, abrégeant ses connaissances et ses expériences passé. N'hésitant pas à faire un schéma de quelques salles dont il en jugeait la nécessité de le faire.

Une longue heure fut nécessaire pour terminer de raconter, ponctuant quelques fois de petites pause où il prenait une ou deux bouchées de soupe, reprenant avec engouement.

 

-Je pense en avoir fini, si vous faites ça à la lettre, tout ira bien et surtout rapidement pour vous deux. Ce fut un plaisir de manger à vos cotés, maintenant aller rejoindre Alkruziksivaas à la salle de repos, il vous y attends. Ho et une dernière chose, faites attention à vous, malgré ce que je vous ai dit, ça ne vous mettra pas tout à fait à l'abri des dangers.

 

Vanillova se leva première, hochant la tête, suivit de Levenloze.

 

-Merci de tes précieux conseils, nous ne l'oublierons jamais.

 

Haper se mit à sourire, enfournant un morceau de pain dans sa bouche et leva son bras gauche en guise d'au revoir.

 

-J'ai quand même un peu peur de tout ça, mais nous allons nous en sortir, non? Dit-il non confiant en lui. Il lui ouvrit la porte.

 

-Pour tout te dire, j'ai hâte que tout ça se termine. Nous savons comment faire, il nous reste plus qu'à savoir où aller, ce qui me laisse présager que l'endroit où nous allons aller est d'une sacré grandeur.

 

-Si on reste ensemble, ça ne devrait pas poser de problème. Si seulement...

 

Il laissa sa phrase en suspend, attirant la curiosité de son amie.

 

-Si seulement quoi ?

 

Levenloze soupira, lui jetant un bref regard.

 

-Je t'ai mentit sur ma capacité à voler. En vérité, je peux voler, mais j'ai le vertige, et j'ai peur de la vitesse.

 

-Juste, faisons ce que nous avons à faire. Une bonne nuit de sommeil nous fera un grand bien. Bien sûr il faut parler à Alkruziksivaas. Mais où est la salle de repos... ?

 

-Pour aller à la salle de repos, aller à droite, puis deux fois à gauche !!

 

Malgré la porte fermé, ils pouvaient entendre le rire amusé du gardien.

 

-Merci !! Se tournant vers son amie. Allons-y ne faisons pas attendre Alkruz... Alkruzk...  

 

-Alkruziksivaas, oui tu as raison, je le trouve plutôt intimidant.

 

-Si ça ne pouvait être que lui, mais toi c'est pire, tu es toute petite, je trouve ça mignon.

 

-Mignon, non c'est pas vraiment l'effet que j'aimerai donner à l'Entité, ni aux autres... Quoi que c'est un avantage. Elle souriait grandement tournant à droite puis rapidement à gauche. Tout deux se trouvant dans un couloir menant à un autre couloir. Décidément ces temples, de vrai labyrinthe, mais je sens qu'on y ai.

 

-Je me demandait Vanillo, tu penses qu'ils nous observerons quand on va faire l'épreuve ?

 

Elle le regardait avec curiosité.

 

-Peut-être, pourquoi tu demandes ça ?

 

-Parce que tout d'un coup, j'ai comme l'impression d'être regardé.

 

Vanillova le regardait avec intérêt et curiosité, quand une respiration lourde les stoppa net dans leurs marche. Tout deux se retournèrent avant de se rendre compte que c'était Alkruziksivaas.  

 

-Vous voilà enfin, j'espère que vous vous êtes bien repu parce que votre épreuve commence dès aujourd'hui. Tout deux le regardait en écarquillant les yeux. Plus vite vous passerai cette épreuve plus vite vous pourrez vous reposer.

 

-Mais c'est bien vous qui nous avez dit que l'épreuve commençait demain, comment ça se fait que vous changer d'avis ?

 

-Parce vous devez faire face à l'imprévu, à tout moment, en toute circonstance. Mais dites vous bien une chose, quand vous passerai cette épreuve, le reste aurai pu être facile si vous n'aviez pas laissé tomber Gaan par terre. Maintenant écouter moi bien.

 

Vanillova n'en revenait pas, pensant rêver mais vit la peur sur le visage de son amis quand elle détourna un court instant les yeux vers lui. Le gardien paraissait impassible, comme toujours.

 

Tout d'abord, je tiens à vous dire que l'épreuve s'adapte à la ou les personnes qui entrent, cependant ne la sous estimé pas pour autant, elle en reste dangereuse.

Maintenant que vous savez ça, nous allons en venir au plus important.

 

La zone où vous passerai votre épreuve se trouve tout en bas de ce temple, il y aura un immense escalier en colimaçon. Une fois dans la zone, vous ferez fasse à un mini temple où des pièges, des épreuves en tout genre se dresserons contre vous. Votre seul et unique objectif est d'avancé de salle en salle pour atteindre la dernière où le parchemin vous attends. Attention cependant, car dans la salle où vous attends le parchemin se trouve un Créontre, mais ce n'est pas n'importe quel Créontre, c'est un gardien complémentaire. Chaque temple ont leurs gardiens complémentaire. C'est généralement eux qui reprennent le flambeau quand le Gardien qui l'a créer meurt.

 

Dernière chose, entre chaque salle vous passerai par de grand couloirs, mais ne prenez pas votre temps à vous y reposer. Le couloir se décomposent petit à petit. Vous ne devez donc jamais vous arrêter, mais cette salle vous permettra de vous reposer. Marcher lentement, mais ne prenez pas trop votre temps si vous ne voulez pas mourir. Est-ce claire ?

 

Levenloze regardait son amie avec inquiétude.

 

-Pourquoi faites vous passer des épreuves aussi dur, aussi dangereuses ? La voix de Levenloze vibrer de colère.

 

-Parce que c'est le choix de Vanillova, et parce que nous ne plaisantons pas avec nos traditions. Donner tout ce que vous avez, faites preuves de bravoure et de ruses, et tout ira bien pour vous. Maintenant suivez moi, j'aimerai que cette histoire se termine maintenant.

 

Le gardien se retourna avant de mener la marche. Vanillova elle se mit à courir pour être à coté de lui.

 

-Dites, si on donne tout, on a de très grande chance d'y arriver, n'est-ce pas ?

 

-Votre victoire n'aura absolument aucun rapport avec une quelconque chance. Contenter vous de tout donner, dépasser vos limite. Maintenant suivez moi, nous ne sommes plus très loin.

 

Levenloze serrait les poings, s'en voulant de ne pas avoir forcé son amie à continuer dans son élan. Vanillova elle arborer un visage impassible, concentré. Voulant montrer à son ami son courage, mais a au fond le cœur serré.

Alkruziksivaas semblait ne ressentir pas la moindre pitié envers leurs sorts.

 

-Nous y sommes presque, j'espère que vous êtes prêt. Il s'arrêta et tourna à droite, au fond du couloir se trouvait une porte immense, semblable à celle qu'ils avaient vue en entrant. Attendez moi ici, j'arrive.

Il posa ses mains sur la portes. Son orbe se mit à briller sur son ventre, l'énergie se transmettant sur son bras puis vers la porte. Les marques de la porte se mit à briller de la même énergie qu'Alkruziksivaas. Peu à peu envahissant toutes les marques brillèrent doucement. Peu après la porte émis un bruit sourd. De la fumée s'échappa de tous les cotés de la porte géante. Le gardien poussa celle ci de toute ses force, celle ci fit un roulement de pierre si bruyante que les deux amis durent se boucher es oreilles.

 

Alkruziksivaas se tourna vers eux, le visage tout aussi impassible.

 

-Maintenant, c'est à vous de jouer. Il y a derrière cette porte votre unique moyens de prouver que vous êtes dignes d'être parmi nous.

Ne nous décevez pas.

 

-Nous ferons de notre mieux !

 

-On ne vous décevra pas. Vanillova sentait battre à la chamade tandis que le gardien s'écarta de leurs chemin ? Tout deux s'avançaient tandis que le gardien ne l'ai quitter pas des yeux. Tout deux passèrent la porte comme s'ils passait une sorte de portail.

La température avait en effet chuté d'une bonne dizaine de degré au moins.

 

Elle serra la poings et entendait la porte se refermer derrière eux. Elle tourna la tête et cru voir sur le visage du Gardien une grande inquiétude. La porte se referma avec un lourd bruit, celui ci fit écho à travers l'immense couloir où ils se trouvaient.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 12/02/2018

×