Episode 3 Partie 2

La langue d'Orzoul

Le couloir était plus que jamais lugubre. L'éclairage était tamisé tandis que les colonnes monumental couvrait les deux amis de leurs ombres.

 

-C'est le moment où jamais de le faire. Plus d'excuse, plus de regrets. Allons droit au but.

 

Levenloze hochait la tête, lui aussi décidé. Tout deux se mirent en route vers le bout du couloir. Une grande ouverture duquel peu à peu ils pouvaient un immense escaliers en colimaçon. Les deux amis avançaient d'un air décider.

Peu après, ils descendirent l’escalier.

Les pas de Levenloze faisait échos alors que peu à peu les ombres prirent le dessus.

 

-Plus d'excuse, plus de regret... Il semblait perplexe, Vanillova le regardait un court instant.

 

-Aurais tu peur ?

 

-Un peu, surtout pour toi. Elle souriait doucement, regardant devant elle.

 

-Il n'y a aucune raison. La peur n'est qu'une illusion, elle n'est pas réelle. N'oublie pas ce qu'à dit Haper.

 

-C'est vrai, mais j'ai toujours été un peureux. Surtout en ce qui te concerne.

 

-Justement Levenloze ! Essaye d'ignorer ces peurs, c'est la clef de la réussite. Bien sûr deux trois épreuves s’ajouteront à celui là. Mais si on peut faire abstraction d'une épreuve, nous multiplions nos chances de réussites.

 

Levenloze souriait grandement, hochant vivement la tête.

 

-T'as raison ! Allons leurs montrer de quel bois on se chauffe.

 

-Ouais ! Dépêchons nous de faire cette épreuve, et on aura notre maison ! Aller tiens puisqu'on y ai, je vais te faire une promesse.

 

-Une promesse ? Il l'a regardait avec intérêt.

 

-Exact ! Je te promet que quand on aura fait notre épreuve, et que nous aurons notre maison. Je te promet le plus grand festin ! Bon bien sûr il ne sera pas aussi grand que celui de Haper. Mais je cuisinerai tout, et je sélectionnerai les plats les plus délicieux. Tu verras, on va se régaler !

 

Levenloze s'imaginant déjà y être, souriant et rigolant de bon cœur.

 

-On pourrait aussi inviter quelques uns de nos amis gardiens ?

 

-Mouis pourquoi pas, en tout cas faudra prévoir assez alors. Mais ne rêvassons pas trop. D'abord on fait cette épreuve. La première est la plus dur. Si on la passe, ce sera dans la poche.

 

-T'as bien l'air sûre de toi. J'espère qu'ils n'ont pas changé l'ordre des épreuves.

 

-Espérons en effet.

 

Ils marchèrent durant un moment avant d'arriver devant la grande porte qui s'ouvrit quand ils s'approchèrent.

Celle ci s'ouvrit dans un lourd bruit de pierre, un autre bruit de métal se mêla au premier.

La porte s'ouvrit en grande, claquant bruyamment les murs. Une fine couche de poussière tomba du plafond, le silence reprit alors son droit.

 

-Quand il faut y aller, faut-y aller.  Elle menait la marche suivit de son ami. Ils étaient dans une sorte de grande plaine à ciel ouvert.

Cependant, ils pouvaient voir de larges colonnes tenir un bâtiment qui faisait office d'abri, et ceux jusqu'à l'entré d'un immense château en face d'eux.

Le château avait deux grandes tours sur le devant, une grande arche étaient entre celles ci.

La pierre avait un aspect lisse et un peu brillant mais il n'y avait aucune fenêtre.

 

-Allons-y. Levenloze hochait la tête avant de suivre son amie.

Peu après, un autre mécanisme se mit en marche.

A leurs plus grand étonnement, ils virent des morceaux entier du château descendre, tandis que d'autres roulait dans divers directions. Le roulement de pierre rendait le spectacle encore plus impressionnant.

Vanillova sentait alors la main de Levenloze prendre la sienne, qui lui avait la bouche bée. Observant attentivement le spectacle.

 

Les salles se préparait sous leurs yeux, quand enfin tous s'immobilisèrent dans un petit tremblement. Les deux immenses portes en bois s'ouvrirent dans un grincement assez pesant.

 

-Je passe en premier.

 

-D'accord, mais fait attention. La force ne réglera pas tout tu sais. C'est un travail d'équipe, n'oublie pas.

 

Il hocha la tête avant de s'avançait. La couloir était grande, et un immense tapis rouge était posé soigneusement au milieu du couloir. Il n'y avait comme décoration des piliers et le tapis qui aller du début du couloir jusqu'à la porte, une cinquantaine de mètres plus loin.

 

-Déjà un couloir ? Elle regardait les alentours tout en avançant lentement, mais aussitôt rentré, la porte se referma. Les derniers rayons de lumières s'évanouirent peu à peu.

Aussitôt après, des torches mural s'allumèrent sur chaque coté du couloir jusqu'au bout où ils purent voir une autre grande porte.

 

-Tu crois que c'est un de ces fameux... Couloir ?

Tout deux se regardèrent, mais un bruit derrière eux les interpella.

La porte s'est alors dématérialisa en petits cubes, se divisant encore et encore pour n'être que poussière et enfin néant. Le processus se répandait comme une sorte de maladie sur le sol, puis le mur. La porte et les pierres autrefois présente laissait place à un vide.

 

-Je crois que t'as raison, ne restons pas ici. Tout deux continuait leurs route vers leurs première salle. La porte qui n'était plus très loin s'ouvrit à leurs approche.

 

La première pièce était immense et plongé dans le noir. Seul Levenloze pouvait voir le semblant d'une grande ombre, mais ne pu distinguer ce que c'était.

Seulement après avoir traversé la porte, celle ci se referma derrière eux avant qu'une lumière s'allume.

 

C'était une bête de métal immense, ressemblant à un gardien. Elle était devant une grande porte en métal.  Elle ressemblait à un chien avec un grand masque de métal, il semblait regarder le haut de la porte qui venait de se refermer. Ses yeux était vide, et sa bouche était orné de crocs immenses. Son corps était à moitié encré dans le sol tandis qu ses deux pattes avant était soigneusement posés devant lui.

 

-tu crois que que c'est juste une statue, ou...

 

-La porte est juste là, dépêchons nous de passer cette pièce. D'après ce qu'à dit Haper, ça doit être la pièce de commencement. Tout deux avancèrent en ne quittant la statue des yeux. Cependant, celle ci s'anima doucement, la tête se tourna vers eux dans un bruit de grincement métallique.

 

-Vous êtes venu pour le parchemin languial, n'est-ce pas ?

Vous n'y arriverai jamais ! Ses yeux brillait doucement d'un rouge éclatant.

Mais n'ayez crainte. Je m'assurerai que vous puissiez passer cette épreuves sans trop de casse. Je suis Vostrom, votre guide. Je vais vous donner des indices sur vos épreuves, écouter m...

 

-Tu viens Levenloze ? Elle passa son chemin, ignorant complètement la statue du gardien. Lui n'en revenait pas, prostré au premier abord, sa colère explosa.

 

-Pour qui vous vous prenez ??! Levenloze était le seul inquiet tandis que Vanillova s'avançait tranquillement vers la porte, savant exactement ce qu'était cette salle.

Votre insolence vous coûtera chère ! Vous ne saurez le nombre d'épreuves qui vous attends ! Seul une mort certaine vous y attends !!

 

-Ne t'en fais pas, nous sommes prêt. Mais merci de prévenir. La chose voulu les regarder, mais ils étaient déjà derrière lui.  La porte s'ouvra à leur approche.

 

-Les jeunes Créontres de nos jours, non mais je rêve. Et leurs corps frêle, ha ! Ils n'ont aucune chance, quel bande d...

 

La porte se referma juste après leur passage. Se trouvant de nouveau dans un couloir qui semblait un peu plus grand que le précédant.

 

-C'était facile. Mais on aurai peut-être du l'écouter, non ?

Vanillova souriant grandement.

 

-T'en fais pas, on sait ce qui nous attends, je suis prête.

 

-même pour l'épreuve d'équipe, et d'observation ? Je dois avouer que ces deux épreuves me font peur. Ou alors celle du regret ! On ne sait pas combien on va en passer, ni laquelle.

 

-T'en fais pas, n'oublie pas les conseils d'Haper. Tout ira bien si on se donne à fond. Allons-y ! Il fit un petit hochement de tête, l'a suivant quand même de près.

Le couloir commença à se disloquer tranquillement alors qu'ils étaient à une dizaine de mètres déjà.

La porte en face d'eux s'ouvrit pour laisser place à une pièce très grande. A son centre, il y avait une grande table ronde, arrivant à la tête de Vanillova.

 

-Tu crois que c'est celle que je pense... La salle des regrets ?

 

Vanillova fit un simple hochement de tête en guise de réponse. Elle entra première, suivit de Levenloze. Aussitôt entré, la lumière laissa place à un horrible spectacle. Des instruments caché jusque là par la pénombre étaient soigneusement posé sur des étagères, ou des tables en pierre.

Il y avait des couteaux, ciseaux, scalpel ainsi que des flacons, et autres instruments mortel. Vanillova frissonnait de peur.

 

-Quel horrible endroit...

 

-Vite, partons, je n'aime vraiment pas cette épreuve.

 

-T'as raison, allons-y. Elle commença à avancer, Levenloze lui l'a rattrapa pour lui prendre la main. On ne risque rien, nous n'avons commis aucun crime.

 

-Des crimes ? Comment ça ? Vanillova se tourna un instant vers lui.

 

-T'as pas écouté j'imagine ?

 

-Pour être honnête, non. Il souriait grandement, esquivant une table remplie de fioles. J'étais trop occupé à manger, y avait une de ces viandes, à t'en donner des frissons tellement c'était bon.

 

-Et tu veux entendre l'histoire pour le coup ?

 

-Avec grand plaisir ! Vanillova se racla la gorge.

 

-Très bien, mais je te préviens que ce n'est pas jojo, bref.

Cette pièce est comme dit la pièce des regrets.

 

 

Cette épreuve a était construis spécialement pour les Créontres ayant un passé criminelle, enfin si ma mémoire est bonne. Elle donne hallucinations, aussi bien auditive et visuelle. La personne est complètement déconnecté de la réalité, on peut la toucher, ou faire ce que tu veux, elle sera complètement happé par la dangereuse hallucination. Haper a expliqué que le premier signe c'est un silence de mort.

 

Elle laissa place au silence, Levenloze regardait à droite et à gauche, ne voyant que l'ombre des couteaux, et des lances. Son expression se crispa un peu, son amie poursuivant.

 

-A mesure que le criminelle avance, il ressent mal être et commence à avoir les premières hallucinations. Mais ce ne sont pas n'importe quel hallucination. C'est la vision des personnes avec qui il a causé du tord.

Il ressentira un peu plus tard la sensation que ressent la personne qui il a causé du tord, ainsi qu'un profond regret.

La suite, tout dépend de la personne. S'il est capable de vaincre ses démons, il passe.

Autrement dit, c'est la mort. Haper a précisé que les Créontres se suicide à l'aide des instruments présents. Mais bien sûr ça n'est arrivé que rarement.

 

Levenloze tremblait comme une feuille. Vanillova elle avançait paisiblement vers la porte qui n'était plus très loin.

 

-Ils disent que c'est très dur, mais c'est vraiment du gâteau. Je pense qu'ils exagères souvent les sens... Vanillova écarquilla les yeux et s'arrêta net. Devant elle se trouvait sa famille.

 

Levenloze l'a regardait d'un air interrogateur.

 

-Tu vas bien ? Il regardait dans la même direction que son amie, mais ne vit rien.

Vanillova reculait de quelques pas, n'en croyant pas ses yeux.

 

-Vous... Sa mère se mit à pleurer en portant sa main sur sa bouche pour éviter de laisser échapper un petit crie. Comme elle avait l'habitude de faire, son frère lui se contenter de la regardait avec dédain, comme toujours.

 

-Tu nous as abandonné... Tu n'as pas honte ?? Son père, hurlant à pleins poumons, exactement comme dans ses souvenirs.

 

-Je je ne savais pas... Elle porta sa main vers sa bouche, ayant prit l'habitude de sa mère.

 

-Tu seras toujours la peste de notre famille. Tu ne sais jamais rien. Son frère croisait les bras, sa voix tremblait de colère.

 

-Vous n'êtes pas réelle !! Elle tentait de se ressaisir, mais les pleures de sa mère lui brisa le cœur.

 

-Regarde ce que tu as fais à ta mère ?? Tu n'as pas honte ??  Vanillova reculait de quelque pas, ressentant une petite douleur à la poitrine, ayant un peu de mal à respirer.

Elle se ressaisit et serra la poings.

 

-Jamais vous ne m'avez apporté l'amour que je voulais ! Vous vous contentiez juste de vous disputer encore et encore !

 

Elle pleurer à chaude larme, essuyant autant qu'elle pouvait le flot de larme sur ses yeux et sa joue.

 

-J'aurai tant aimé avoir une famille qui m'aime sincèrement. Que je sois là ou non ne changerai rien, puisque vous ne m'avez jamais aimé !!

 

Elle hurla à pleins poumons ses derniers mots, hoquetant un peu avant de pleurer d'avantage. Elle haletait et essuya une nouvelle fois ses larmes. Cette fois ci elle leva la tête en reniflant. Elle serra les poings encore plus fort.

 

-C'est tout ce que tu avais à dire sale petite ingrate ??

Elle entendait sa mère pleurer d'avantage.

 

-Non, j'ai une dernière chose à vous dire. Elle prit une grande inspiration. JE NE REGRETTE RIEN !! Un échos laissa place à un lourd silence. Tous se mirent à se tenir la tête avant de hurler. Leurs corps s'est alors disloquer en millions de petits fragments, tous tombèrent en poussière. Leurs voix ne fut qu'échos avant d'être que chuchotement et disparaître.

L'instant d'après, elle vit Levenloze devant elle, paniqué.

 

Elle mit que peu de temps avant de se rendre compte qu'elle empoignée quelque chose.

C'était un couteau qui était dangereusement proche de sa gorge. Elle le lâcha avant de se reculait de terreur. La lame tomba lourdement au sol, l'écho traversa toute la pièce.

 

-Vanillo !! Pourquoi t'as fais ça ?? Tu m'as tellement fait peur !! Il alla l'a prendre dans ses bras, pleurant à chaude larme. Je voulais t'en empêcher, mais plus je m'approchait, plus tu me menacer de te tuer ! Ne refait plus jamais ça !!

Elle regardait ses mains, confuse. N'ayant aucun souvenir d'avoir dit et fait une chose pareille. Elle se contenta de le serrer dans ses bras.

 

-Je suis tellement désolé mon grand. J'étais avec un vieux démon, partons d'ici.

Ne soulevant aucune objection, Levenloze l'a alors porté avant de courir vers la porte. Il voulait à tout prix partir le plus vite possible.

 

La porte s'ouvra machinalement alors qu'il l'a traversa sans faire attention à quoi que ce soit, l'a reposant juste après être rentré.

Il haleté un peu, mais ne quittait pas son amie des yeux.

 

-Tu penses que ça ira pour le prochain ? J'ai tellement peur pour toi.

 

-J'ai été faible, ça ne se reproduira plus. Faisons de notre mieux, tout ira bien. Elle lui souriait malgré l'atroce souvenir de son ancienne famille en tête.

Tout deux continuèrent leurs bout de chemin vers la prochaine salle.

 

-T'es sûre que ça ira ? Prends ton temps, on a encore de la marge. Il montra la porte du pouce, celle ci commençait à peine à se disloquer.

 

-T'as raison, je ne dirai pas non à un peu de repos.

 

Ils marchèrent doucement, Levenloze prit une fois de plus sa main.

 

-Dit, tu peux me dire ce que tu as vue ? Après m'avoir menacé de te donner la mort, tu regardait une direction tout en hurlant. Comme si tu parlais à quelqu'un, tu t'en souviens pas non plus ?

 

-Si, si je m'en souviens, c'est mon seul souvenir d'ailleurs. Elle respira un bon coup, expliquant en détail ce qu'elle avait vue, ressentis.

 

-Ces épreuves sont tellement dangereuses.

 

-Mais ça ne veut pas forcément dire que nous n'y arriverons pas. Nous en avons réussi deux, même si la première ne compte pas normalement. Haper nous a dit qu'il y a généralement cinq ou six épreuves. Même si il ne faut pas trop se fier à cette information.

Il nous reste trois épreuves, et nous aurons terminé.

 

-Ce n'est pas tellement le nombre d'épreuves qui me tracasse, c'est plutôt les épreuves auxquels nous allons faire face qui m'inquiète.

 

Elle ne répondit rien, marchant doucement tout en réfléchissant. La porte n'était plus très loin, et la moitié du couloir semblait avoir était dévoré. La porte s'ouvrit doucement, laissant place à une pièce déjà éclairé.

 

En traversant la porte, ils ne virent qu'une pièce relativement grande, mais également intégralement vide. Elle avait comme tout le bâtiment le sol blanc, mais rien d'autre.

 

-La salle d'équipe, je crois.

 

Levenloze observait les alentours, regardant de nouveau si son amie était là, tout proche de lui.

 

-A quoi tu vois ça ? Il n'y a strictement rien dans cette pièce.

-Attends, ça va venir. Levenloze l'a regardait avec une pointe d'inquiétude. T'as toujours pas écouté ? 

 

-Non, et je m'en veux un peu. Il baissa la tête, ne savant pas où se mettre. Vanillova lui souriant.

 

-T'inquiète, ça arrive à tout le monde. Pour faire court, cette pièce n'est pas vraiment une pièce vide. La pièce analyse une personne par un moyen qui m'échappe, mais elle le fait. Haper a encore expliqué que ce serai « spoil » l'incroyable capacité languial.

Mais pour en revenir à la pièce, les murs vont se baisser. Un des deux murs mettra l'un de nous en difficulté tandis que l'autre le sortira de ce mauvais pas, et vis versa pour l'autre pièce. On doit connaître notre plus grande qualité et notre plus grande faiblesse pour faire court.

 

-Les plus grande qualités, et défauts. Autant à nous même qu'à l'autre... ? Mais pourquoi faire ? Je ne comprends pas.

 

-Il m'a expliqué que c'est comme ça qu'ils ont vaincu l'Entité. Ils se sont réunis pour la première fois dans un banquet. Fatigué et épuisé, ils avaient commencé leurs première réunion.

 

Cette réunion n'avait qu'un but, connaître sa plus grande qualité, et son plus grand défaut afin de le communiquer aux autres, et vis versa. Ces qualités pouvait être physique ou psychique. Chaque gardien possède un pouvoir, un corps propre qui peut vaincre un certains nombre de gardiens, mais qui peut être aussi vaincu par d'autres gardiens.

 

Les défauts ont ainsi était compensé par les qualités de l'autre, et c'est ainsi que des minis groupes de deux gardiens se sont créer. Ils ont réussi à survivre très longtemps, jusqu'à ce que ce fameux gardien y mette fin. Celui dont Alkruziksivaas nous a parlé. Tu t'en souviens ?

 

-Oui, il en est même devenu fou, le pauvre.

 

A la fin de son récit, deux murs s'abaissèrent dans un bruit assourdissant, tout deux se bouchèrent les oreilles en observant le spectacle.

Les deux murs menait à deux petites pièces. La salle de droite était entièrement vide. Cependant, il y avait un troue au mur de la pièce de gauche. C'était un grand troue béant.

Vanillova s'en approcha avec avidité. Elle avait un grand penchant pour les troues dans les murs.

 

Dans sa ville natal, bons nombres de trésors, de parchemins étaient dissimulé dans des troues fait sciemment par les constructeurs des monuments. Les Kabyronne étaient des araignées raffolant des troues dans les murs. Elles tissaient des toiles, ainsi leurs trésors furent caché tout en étant protégé.

Celle ci était connu pour son poison particulièrement dangereux, voir mortel si il n'était pas traité à temps.

Ils y mettaient que des trésors qu'ils laisserai à vie. Protégé par la toile d'araignée et le mur, ils y conserver le plus souvent des parchemins, des livres et parfois même des objets sacré dans leurs temps. Et souvent, les aventuriers ou les pilleurs en payait le prix fort.

 

C'est ainsi qu'est née la légende des troue de Kabyronne. Richesse, et un grand savoir se cache souvent, mais ils sont également synonyme de malheurs à ceux qui ose les fouiller.

Vanillova s'en souvint, elle qui adoré l'inconnue, c'était pour elle une véritable aubaine.

 

-Écoute mon grand, je reviens dans pas longtemps. Je vais voir ce qu'il y a vite fait et je reviendrai avant même que puisse dire Geronimo.

 

Levenloze restait silencieux tout en l'a regardant s'approchait de l'étrange troue, il s'en approcha aussi. Sentant qu'un danger était proche.

Le troue ne semblait pas avoir était bouché par une quelconque toile d'araignée.

Mais un bruit l'inquiéta alors que Vanillova était tout proche.

Il sentait que quelque chose arriver, il serra les dents et poussa sur ses jambes.

Il sauta à une grande vitesse pour attraper son amie par la taille. Quelque seconde à peine, quelque chose traversa le plafond pour aller se fracasser lourdement au sol.

 

-Tu Il haletait, Vanillova elle aussi. Tu le fais exprès, non ?

 

-Désolé, c'est juste que je pouvais pas m'en empêcher. J'ai laissé ma curiosité prendre le dessus.  En tout cas, t'as de sacré réflexe dis moi.

 

Elle souriait alors qu'il l'aider à se relever.

 

-Je crois que j'ai mis la main à ton pire défaut. Il était mécontent, et croiser les bras.

 

-Et moi sur ta plus grande qualité, on avance bien. Mais avant, j'aimerai vraiment savoir ce que le troue cache.

 

-Quoi ? L'énorme rocher ne t'as pas suffit !? Et si un autre danger te guettes ? Et si je n'arrive pas à temps ??

 

-Ne t'en fais pas, cette fois ci, ça ira. Levenloze sentait son cœur battre plus vite à mesure que son amie avançait. Elle finit par atteindre le mur, et entra sa main puis son bras dans le troue.

Elle sentait une sorte de tissue, elle l'empoigna doucement avant de l'extirper.

 

-t'as trouvé quelque chose ? Il se pencha vers son amis qui semblait avoir un peu de mal à enlever son bras du troue.

 

-Je tiens une sorte de tissue... Elle en sortie un petit paquet en tissue marrons attaché par une simple ficelle. Le voilà, c'est un peu lourd tiens. Elle l'ouvrit avec précaution, et en extirpa une sorte de clef.

Elle était plate et en son centre, il y avait gravé des écritures étonnantes

.

-J'ai cru voir une sorte de serrure dans l'autre pièce. Elle était au sol, peut-être qu'elle ouvrira la porte ?

 

-Espérons, mais à mon avis ce ne sera pas aussi simple. Mais bon, puisqu'on a pas le choix... Elle se retourna et alla vers la seconde pièce, Levenloze l'a suivait de près jusqu'à ce qu'ils arrivent.

 

-J'ai un mauvais pressentiment. Tout deux arrivèrent à la seconde pièce, trouvant un petit troue de serrure au sol.

 

-T'en fais pas, ça ira. Elle retint sa respiration, voulant paraître courageuse aux yeux de son ami.  Elle inséra la mystérieuse clef et la tourna d'un cou sec. Un silence complet l'a laissa perplexe.

 

-Il s'est passé quelque chose ? Levenloze se contenta d'un non de la tête comme guise de réponse. Mais Vanillova dans son étourdissement enfonça la clef. Une des bloc  du mur glissa vers l’extérieur, mais Vanillova repris la clef, surprise.

C'était quoi ça ??

 

-On ne devrait pas le faire, si ça se trouve, c'est un danger. Essayons de trouver une autre solution. Il se retourna, invitant son amie à le suivre, mais elle rester là, à contemple le bloc se remettre lentement à sa place.

Vanillova ?

 

-Je suis sûre que c'est ça. Elle remis la clef et l'enfonça à nouveau. Levenloze tendis le bras comme pour lui demander d'arrêter, sans grand succès.

Le bloc se remit à sortir du mur, suivit d'un deuxième et d'un troisième. A mesure que les blocs sortait, tout se mit à trembler doucement, puis le tremblement s'intensifia.

La pièce tremblait comme si d'une seconde à l'autre tout allait s'effondrer.

 

-Vanillo !! Arrête ça ! C'est beaucoup trop dangereux !! Sa voix était emplie de terreur, pensant que la pièce allait s'effondrer, il alla l'a récupérer.

 

-Non !! Elle leva sa main libre vers lui. Il faut le faire !! Elle hurlait à pleins poumons. Le tremblement couvrait beaucoup sa voix. Si bien qu'elle du se tenir à l'un des blocs sortie du mur, tous sortait sans tomber.

 

-Je t'en supplie arrête !! Tout va s'effondrer !! Il sentait son cœur battre à la chamade, il s'en mordait les doigts.

 

Vanillova ferma les yeux et enfonça complètement la clef, plus que jamais déterminé à passer cette épreuve. Levenloze serra les poings et en deux enjambé l'a rattrapa pour la porter par la taille. Au même moment, tout s'arrêta, les deux regarder autour, abasourdie.

 

-C'est fini ? Levenloze lâcha son amie et s'assura que tout allait bien, lui prenant la main.

 

-Un peu plus, et tout allait s'effondrer. Tu es vraiment la fille la plus casse cou de l'histoire toi. Retournons dans la pièce principal, et... Il s'arrêta net, n'en croyant pas ses yeux. La porte était ouverte.

Comment, mais pourtant tout porter à croire que ça allait s'effondrer.

 

-Comme quoi, la détermination porte ses fruits, allons-y. Elle avançait fièrement en lâchant la main de son ami. Décidément, leurs épreuves sont vraiment beaucoup trop facile. Levenloze l'a regardait abasourdie. Il secoua la tête, et l'a rattrapa rapidement.

 

-Comment tu as su que c'était bien ça ?

 

-Je ne voyait pas d'autre solution, mais du coup, ça prouve ma détermination, non ? Ça doit être ça ma plus grande qualité.

 

-Ça peut tout aussi bien être de la chance.

 

-La chance n'est pas une qualité, je penche pour la détermination, et toi tu es comme une maman poule.

 

-Une... Maman poule ? J'ai une tête à couver des œufs moi ?

Vanillova éclata de rire, tandis que la porte se refermer derrière eux.

 

-Mais non, je disais dans le sens où je te trouve un peu trop protecteur. On aurai pas pris cette solution, et on sera resté là à chercher quelque chose qui n'existe pas.

Mais pourtant, j'avais la clef, et il n'y avait qu'un socle.

 

-C'était beaucoup trop facile pour que ce soit ça. Et puis ça ne t'as pas fait peur de voir ces blocs bizarre sortir du mur tout autour de toi ?

 

-Un peu, mais je ne voyait pas d'autre solution. L'essentiel est fait, il ne nous en reste plus beaucoup je pense. Je me demande comment des Créontres peuvent échouer aux épreuves.

 

-Parce qu'un certain gardien ne leurs a pas donné la réponse ?

 

-C'est vrai. Elle lui souriait. Ne fait pas la tête, tout ira pour le mieux.

 

-J'espère, mais s'il te plaît, ne fait plus ça, j'ai cru que mon cœur allait lâcher.

 

-Je vais essayer ! Elle lui prit sa main, la porte était tout proche, s'ouvrant peu à peu.

 

-Comment ça essayer ? Le faire presto, c'est encore mieux !

 

-Essayer, c'est déjà pas mal je tr... Elle regardait tout autour, l'endroit ressemblait en tout point au temple où ils étaient.

 

-On est dans l'épreuve d’observation !

 

-Ha tiens, t'as écouté cette partie là ? Levenloze hochait la tête.

 

-Oui, il faut regarder les piliers, ils nous donnent un grand indice sur où on est et si on est proche de la sortie.

 

-C'est exactement ça. Dire que la réponse était sous nos yeux, c'est fascinant. Elle s'approcha d'un des piliers et regarda l'intensité de sa luminosité. Elle posa sa main sur le pilier en comparant la luminosité de celui ci.

Comme je m'y attendait. Celui ci n'est pas très lumineux, mais il a une dizaines d'encoches sur l'extrémité du pilier.

Elle caresser les encoches du pouce, elles étaient profondes, mais également très fines.

 

-On est proche d'une pièce pas très importante, mais comment savoir laquelle c'est exactement ?

 

-Je ne suis pas tout à fait sûre. Elle se retourna vers lui, regardant autour. Mais ce qui est certain, c'est que chaque temple ont dix salles. Entre chaque salle, disons qu'il y a environs une dizaines de piliers. Donc normalement, nous sommes à l'entrée.

 

Levenloze se grattait derrière l'oreille, tentant de comprendre.

-Et heu tu peux me rappeler le nom des salles ?

 

-Oui, bien sûr. Alors si ma mémoire est bonne, c'est :

L'entrée, là où nous pourrons ouvrir la porte quand nous aurons appris la langue d'Orzoul. Il y a aussi des salles de détentes, la cuisine, les chambres, le vestibule. C'est à dire la pièce où il y a la statue du gardien, et le carrefour du temple. La bibliothèque, la salle aux mémoires, le banquet, la pièce où les Frégardiens font leurs réunions. La salle principal où se trouve Orzoul, l'entrée des temples. C'est la seule pièce qui fait la différence d'un temple à l'autre. Elle est plus ou moins grande, et le décore joue aussi beaucoup. La décoration varie aussi selon le pouvoir du gardien. Elle montre la puissance du gardien. Et enfin le monde du gardien qui renferme un fragment de l'Entité, mais c'est pas une pièce. C'est comme dit, un monde à part entière.

 

Ceux qui nous fait environs 100 encoches.

 

Je pense que là le temple est encore parfaitement en ordre, mais il ne va pas tarder à se dématérialiser.

 

-En fait, c'est super simple !

 

-Simple quand on connaît l'astuce, je crois qu'on aurait mit beaucoup plus de temps pour découvrir tout ça. Fallait y penser. 

 

-Je trouve ça tout de même étonnant de manipuler des matériaux de cette façon, de les manipuler à sa guise. Ils marchèrent en regardant les piliers, et comme Vanillova l'avait prédit, les piliers étaient tous à leurs place. Pour le moment.

 

-Je pensais que le temple allait se dématérialiser tout de suite mais finalement je me su... Un bruit sourd lui coupa la parole. La reproduction du temple se mit à trembler. Vanillova prit la main de son ami alors que les murs se mirent à se diviser en gros cubes, se divisant sans cesse pour n'être qu'une sorte de poussière luisantes. Tout se mit à tourner très rapidement.

Quelques temps plus tard, la poussière se reforma en petit cubes, puis en gros avant de former un mur puis le sol, et le plafond. Tout le temple se reforma sous leurs yeux.

 

-Bon, on va dire que ce sera la journée du ''coucou je te coupe la parole !'' Levenloze souriait à sa remarque. Bon, de toute façon c'est le moment de voir si mes prévisions étaient justes !

 

Vanillova se dirigea vers le pilier le plus proche d'elle. La luminosité n'avait pas changé, mais le nombre d'encoche était passé à soixante. Elle regardait aux alentours et vit qu'ils étaient dans le vestibule.

 

-C'est en fait enfantin leurs épreuves. Levenloze croisa les bras en l'a toisant. Enfin surtout celle ci.

 

Elle se grattait les cheveux, un peu gêné avant de mener la marche. Elle comptait en même temps les piliers qui étaient bien éloignés les uns des autres.  Elle souriait, satisfaite.

 

-Par ici, Essayons de ce coté. On vérifiera d'ici une dizaines de piliers.

Levenloze l'a suivait de près, mais avait une mauvaise intuition.

 

-Je me demander. C'est bien jolie tout ça. Mais quand les pièces changes de place. On est obligé de s'adapter aux nouveaux emplacement des pièces ? Comment on peut savoir si on doit aller à gauche, ou à droite, ou simplement aller tout droit ?

 

Vanillova écarquilla les yeux, s'arrêtant net avant de se retourner vivement.

 

-Mince je n'y avait pas pensé..

 

-Et Haper ne t'as rien dit sur ça ? Elle fit un non de la tête.

 

-Non, il m'a simplement dit que ça devenait naturel pour eux, c'est instinctif.  Elle porta sa main sur son front, regardant le sol. On va se calmer, je suis sûre qu'on se fait des histoires pour rien, t'en fait pas, toouuut ira bien, tu verras. Elle fit un petit rire pas convaincu avant de se retourner et continuer son chemin.

Levenloze leva un sourcil avant de l'a suivre.

 

Les deux amis marchèrent durant une bonne demie heure. Levenloze restait silencieux alors que son amie marmonné quelques bribes de phrases sans queue ni tête.

Finalement le temple se dématérialisa, changeant toute les places des salles.

 

-Quoi ? Combien de temps s'est écoulé ? Une heure, trois heures ? La dématérialisation des temples ont chacun un temps imparti différents ??

 

Levenloze posa sa main sur son épaule.

 

-Tu devrai te calmer. Et tu n'avais pas dit de vérifier tous les dix piliers ?

 

-Si si, je l'ai dit, mais on en est encore au 58ème, c'est le prochain. Juste là bas ! Elle le montra du doigt. Elle se mit à courir, contraignant son ami à faire de même.

 

-Pitié faite que ce soit plus lumineux... Elle s'arrêta devant le pilier, essoufflé avant de poser doucement sa main. Le pilier semblait être plus lumineux que sa main, brillant d'une très légère lueur. Il y avait quatre-vingt entailles, se trouvant ainsi aux alentours de la salle de banquet.

 

-Ça brille un peu. Mais...

 

-Mais... ?

 

-Le problème, c'est que combien de temps vas t-on réussir à arriver au bout ? Et les changement de salle ? Faut gérer tout ça... Mais il doit y avoir des raccourcies. Ne me dite pas qu'en cas d'urgence, ils s'amusent à gambader joyeusement dans les temples durant des heures, et des heures...

 

-A mon avis, tu as raison. Il doit y avoir des raccourcies, mais pour le moment, contentons nous de réussir l'épreuve. De plus, on a pas à s'en plaindre. On peut se reposer d'une façon.

 

-Se reposer, c'est vrai t'as raison. Elle respira un bon coup, mais réalisa bien vite la grandeur du temple. Par contre je viens d'y penser, Levenloze. Si je me fis à la distance entre chaque piliers, on met environs une demie heure pour passer d'une salle à l'autre ? Elle se dématérialise, et le changement de pièce tout ça, tout ça.

Ce qui fait que nous allons marcher dans le temple durant cinq longues heures si on ne se trompe pas ??

 

Levenloze écarquiller les yeux.

 

-CINQ HEURES ??  Son crie se transforma en écho pour se perdre dans l'immensité du temple.

Les deux amis se regardait pendant un long moment, réalisant la difficulté de l'épreuve.

 

-Mais t'imagines si on ne savait pas à propos de tout ça ?? C'est pire que ce que j'imaginais !  Levenloze croisa les bras, acquiesçant.

 

-C'est peut-être à cause de cette épreuve que les autres Créontres ont échoués.

 

-Qui sait. En tout cas, on a eu une de ces chances que Haper nous ai donné autant d'informations. Rappel moi de l'inviter à manger chez notre future chez nous !

 

-Ça me va ! Il souriait grandement et vit que Vanillova tendit sa main vers lui pour une poignée de main.

Il l'a prit et vit son amie sourire à nouveau malgré sa morosité évidente. 

 

-J'en fais mon affaire personnel, et tu es mon témoin ! Allons-y !!!

 

-Ouais !!! Ils poussèrent un crie de guerre et levèrent leurs poings.

Mais Vanillova redevint sérieuse, préoccupé même.

 

-Qu'est-ce qui a ?

 

-On est censé aller là, ou là ? Elle pointait à leurs gauche, puis à leurs droite.

 

-A gauche !

 

-Au gauche ? Mais le chemin de droite est souvent le bon chemin !

 

C'est après un moment de panique digne des plus grand drama que les deux amis décidèrent de continuer leurs chemin. Par chance, ils avaient trouvé leurs chemins.  Ayant en effet joué à pierre feuille ciseaux pour décidé où aller.

C'était Levenloze qui avait gagné, et continuèrent leurs ascension vers la sortie du temple.

Les demies heures s'écoulait tandis que le temple, déplaçait toutes les pièces.

Si bien que les deux amis ne s'arrêtaient plus durant le changement d'emplacement des salles, mais Levenloze préférer tout de même lui prendre la main, juste au cas où.

 

La fatigue s'installait, surtout chez Vanillova. Et suite à quatre bonnes heures de marches, elle sentit son estomac crier famine. Elle refusait obstinément que son ami l'a porte, malgré la douleur aux pieds. Elle sentait qu'ils arrivaient bientôt à la fin de la salle.

Vanillova trébucha par terre, son genou s'était comme décliné sur lui même.

 

-Vanillova ! Ça va ?? Il accourra vers elle, décidant de l'a porter, malgré le refus de son amie.

 

-T'es du genres têtu toi, hein ? Elle souriait alors que Levenloze continuait de marcher la dernière demie heure de marche qu'ils leurs restait. Ils pouvaient voir de là où ils était la lueur des piliers. Ils était désormais de nouveau à l'entrée du temple. Mais devant eux se dressaient une immense porte.

 

-Vanillo ! On y ai, tant fait pas, repose toi. Je suis robuste, je ne suis pas fatigué ! Il lui souriait grandement avant de regarder devant lui.

Suite à la dernière dématérialisation du temple, ils remarquaient que celle ci n'était pas soumis à la règle du temple.

 

-Haha... C'est bel est bien celle là, il n'y a plus aucun doute possible. Par contre, tu peux me reposer, et te reposer. On le mérite bien. Il hocha la tête et l'a suivit vers l'entrée de la porte qui s'ouvrit doucement.

Hey, minute papillon, on se repose, veux tu ?

 

-Tu crois qu'ils nous laisseraient nous reposer ?

 

-Mais oui t'inquiète ! Elle s'assis devant la porte, suivit de son ami. Enfin... j'espère. Attendons. Elle regardait le couloir qui semblait si petit, comparable à celui d'un petit nain par rapport à l'immense couloir dans lequel ils étaient.

Cependant, elle se rendit compte que le couloir commençait à se dématérialiser doucement en petits cubes puis en poussière.

Hoho.. Levenloze.

 

-J'ai vu, allons-y ! Il se releva rapidement et prit la main de son amie avant de l'entraîner vers le petit couloir, sautant à travers la petites fumée de poussière noir qui s'était formé.

 

-Le plus important, c'est qu'on a pu y arriver. Maintenant, et en toute logique, il nous reste une seul épreuve.

 

-La plus dur j'imagine.

 

-Tu n'as pas tord. Et en plus ces heures de marches... Pour la dernière salle, on doit tout donner, absolument tout !!

Levenloze resta silencieux mais fit un hochement de tête, plus que jamais décidé à enfin terminé l'épreuve.

 

-Pour moi ça ira, mais toi qui a les pieds en feux... Sans compter que tu sembles mourir de faim. Je ne le sens pas la dernière épreuve.

 

Vanillova se mit à rire mais fit une petite grimace de douleur, sentant une crampe à son pied gauche.

 

-Pourquoi tu rigole ? Et puis tu semble vraiment avoir mal. De toute façon, pour la prochaine épreuve, je te protégerai !

 

-Tu te préoccupe de moi, tout le temps mais... Si tu passes ton temps à me protéger, qui te protégera toi ? On forme une équipe. T'en fais pas pour ça, on improvisera sur place. Tu seras mes jambes, et moi, je surveillerai tes arrières.

 

Les oreilles se Levenloze se dressèrent aussitôt.

 

-Alors tu veux bien que je te portes ??

 

-Minutes papillon ! Elle levait ses deux mains. On va voir ce qui se cache derrière la porte. L'a montrant de la tête, regardant son ami par la suite. Et je verrai si oui ou non je suis le plan.

 

-Mhmm... Il croisa les bras tandis que la porte s'ouvrait. Derrière celle ci, il faisait sombre. Bien trop sombre. Levenloze vint tout près de son amie pour lui prendre sa main.

Ne savant si c'était la peur pour lui, ou pour elle. Elle lui serra la sienne pour lui redonner courage. Et se redonner courage également.

 

La lumière s'est alors allumé vivement. Si bien qu'ils durent cacher leurs visage, les yeux fermés. En fond cependant, ils entendirent un rire qui semblait un peu trop forcé.

 

-Tiens tiens, qui voilà ? Cela fait depuis bien trop longtemps que je n'ai vu d'âmes assez fous pour venir jusqu'à mon antre.  Sa voix était comme trafiqué et résonnait à travers la pièce. Encore aveuglé, Vanillova tenta de voir qui ça pouvait être mais du refermer les yeux.

 

-Q qui êtes vous ?? Le Créontre ria à plein poumon. Donnant une fois de plus de fanfaronner.

Levenloze se mit d'instinct devant Vanillova, serrant les dents. Mais entendit le Créontre taper du pied.

 

-Ha ça par exemple !! Je rêves ! Tout le monde sait qui je suis !!

Le vieu à l'entrée à sûrement dû parler de moi.

 

-En fait, on ne l'a pas écouter. Le gardien se recula d'un pas, choqué. Elle pouvait enfin entrouvrir les yeux, voyant la silhouette imposante du Créontre.

 

-T'as entendu ? On aurai du l'écouter... Il chuchoter tandis que le Créontre semblait bouillonnait de colère.

 

-Ha ça !! Par exemple !! Une petite naine qui ose faire une chose pareille ! Je devrai t'apprendre la politesse ! Ingrate !

 

Il semblait remonté, mais Vanillova pu enfin ouvrir les yeux à l'instar de Levenloze.

Petit à petit, ils purent apercevoir le Créontre qui leurs barrer la route et la pièce.

Ils était dans une très grande pièce de forme circulaire. La pièce était limité par un grand bassin, où l'eau bougeait placidement. Encerclé par ce bassin, ils avaient pour eux cinquante m² de terre ferme pour eux.  Au centre de cet îlot se trouvait une sorte de sceau où se tenait le Créontre.

Le créontre lui était humanoïde et très grand. Mesurant dans les trois mètres quatre-vingt. Il avait une tête ovale, ressemblant à un masque avec trois pair de yeux. Son corps était assez fin, presque maigre. Il portait une sorte de jupette en cuir brut marrons foncé. Ses mains étaient dépourvu de griffe et si c'est pieds ne ressemblait pas à celui d'un chat, il serait presque comme un humain. D'apparence faible il sauta sur eux, tête la première avec une vitesse folle. Levenloze poussa Vanillova de son chemin et laissa le créontre passer tel une boulet de canon. Il s'écrasa contre le mur, l'explosant dans un bruit assourdissant. De gros rocher tombèrent alors que la fumée le cacher.

 

-Bien joué, heureusement que tu as ton ami, la naine. Il sorti des décombres, s’apprêtant à sauter sur Vanillova. Faisant l'erreur d'ignorer son ami. Levenloze sauta sur lui, l'empoignant par le bras avant de le jeter contre le sol. Tentant de le frapper tant qu'il était encore au sol, mais il reçu un coup de pied. Levenloze poussa un gémissement de douleur en le lâchant. Il recula de quelques pas en se tenant le ventre, lui laissant le temps de se relever.

 

-Levenloze !! Toi ! Je t'interdit de faire du mal à mon ami ! Elle fonça sur lui alors qu'il esquiva une autre attaque de Levenloze. Il lui fit un croche patte avant de se retourner vers Vanillova, l'attendant de pied ferme. Mais Levenloze l'empoigna par la jambe avant de le mordre sauvagement.

 

-Hey !! Mais c'est quoi ce style de combat !? Lâche moi sale sauvage ! Il tenta de s'en dégageait mais Vanillova arrivait préparant son poing. Il releva la tête, son visage exprimait une grande surprise jusqu'à ce qu'elle le frappe de toute ses forces.

 

Choqué, le créontre attendait un instant. Ne voulant pas croire ce qu'il se passait.

Heuuu... C'est tout ce dont tu es capable ou tu l'as fait exprès ? Levenloze lâcha un peu sa prise, intrigué de savoir que le créontre se soit arrêté.

 

-Est-ce que j'ai l'air de faire semblant !? Vanillova frappait de toute ses forces, mais le créontre ne ressentait rien.

Il se mit à rire à plein poumons.

 

-Et tu espère sincèrement joindre les gardiens en n'ayant strictement aucune force ?? Ton ami qui tiens, maintenant que j'y pense.. il leva sa jambe où Levenloze s'était accroché et l'a leva d'un coup sec, faisant voltiger Levenloze un peu plus loin. Le créontre garda sa jambe un peu levé, croisant les bras.

Ce n'est pas avec une force aussi pitoyable que tu me vaincra ! Elle continuait de frapper mais le créontre stoppa ses deux poings. J'ignore le comment du pourquoi. Mais je vais vous montrer à vous deux que les temples ne sont pas là que pour faire jolie.

 

Il la jeta en l'air et lui donna un coup de pied quand elle retomba, l'envoyant à l'eau.

 

-Vanillova !!! Il hurlait en regardant son amie.

 

-Tiens, tiens. Je pensais qu'avec un tel coup, ça t'aurai calmé. Levenloze serra les poings, se mettant en position de combat avant de lui sauter dessus. Il se servait de ses ailes pour courir plus vite. Si bien qu'il parvint à surprendre le créontre, parvenant à lui donner un autre coup de patte. N'attendant pas qu'il se relève de son choc pour cracher une puissante flamme.

Vanillova elle sorti de l'eau, ayant l'impression que ses entrailles était en bouilli.

Elle tenta de rejoindre la terre ferme alors que Levenloze venait pour l'aider.

 

-Tu vas bien ? Je vais t'aider, attends. Il s'avança vers elle, lui tendant la main, mais derrière lui le créontre était derrière, visiblement en colère. Vanillova écarquilla les yeux et avant même que Levenloze puisse comprendre, il reçu un puissant coup de poing sur ses cotes. Il retint un petit crie avant de s'effondrer au sol. Le créontre lui assena un bons nombres de coups de poings.

 

-Arrête !!! ARRETE JE TE DIS !! Elle sentit au fond d'elle une colère qu'elle n'avait jamais ressenti auparavant. Sentant chaque parcelle de son corps s'en nourrir. Elle revint sur la terre ferme en peu de temps. Elle tendit le bras, préparant son poing alors que son adversaire l'ignorait.

Elle leva son poing, celui ci brilla d'un étrange éclat, pensant vouloir lui donner un coup, son poing s'enfonça dans le dos de son adversairre comme s'il n'y avait rien. Elle attrapa quelque chose avant de le tirer. Comme si c'était une chose qu'elle avait déjà fait auparavant. Une fumée noir sortit de son corps alors que Vanillova continuait de tirer jusqu'à ce que tout la fumée noir soit extirpé. La lumière absorba la fumée noir alors que le créontre tomba raide par terre.

Cependant, elle alla voir son ami qui était resté au sol.

 

-Levenloze ? Tu vas bien ? Elle le secoua un peu, et le vit bougeait sa tête vers elle. Soulagé, elle poussa un soupir. Mais regardait sa main qui était redevenu normal, pensant avoir rêvé. Elle n'était pas encore sûre de ce qu'il s'était passé. Levenloze se releva non sans peine, regardant le créontre au sol.

 

-Comment t'as fait pour le vaincre ? Il continuait de le regardait, remarquant qu'il respirait et paraissait même dormir paisiblement.

 

-Moi même je l'ignore, j'ai comme eu l'impression d'être dans un rêve et je n'étais plus exactement maître de moi même. Enfin pas vraiment, je l'étais mais c'est étrange. Je ne pense pas que je puisse trouver les mots justes. En tout cas, le plus important c'est qu'on a réussi. Maintenant allons vers le parchemin. L'épreuve est enfin fini. Elle lui souriait alors que Levenloze se tenait le ventre. Vanillova vint lui portait assistance alors qu'elle faisait étape par étape tout ce que Haper lui avait dit de faire pour actionner le sceau au milieu.

 

Suite à un bruit de mécanisme lourds, le sol se mit à s'enfoncer au sol. Petit à petit, un escalier en colimaçon se formait devant eux dans un bruit de raclement de roche.

 

-On a réussi. Enfin surtout grâce à Haper, mais on l'a fait ! Il souriait grandement mais grimaça de douleur en se tenant les cotes.

Vanillova riait, se tenant le dos, souffrant un peu.

 

-Notre première mission est réussi ! On va enfin pouvoir avoir notre maison ! Elle se tourna et remarqua le visage de son ami. Tu vas bien ? Tu veux qu'on fasse une pause ?

 

-Non, ça peut attendre, continuons. On y ai presque. Vanillova hocha la tête en silence, soutenant son bras gauche, croisant son bras avec le sien. Leurs pas raisonner alors que le mécanisme s'arrêter. Après quelque minutes de descente, les deux amis virent une lumière bleu.

 

-Tu crois que c'est la pièce où se trouve le parchemin Languial ?

 

Vanillova ne répondit rien alors que la lumière s'intensifier. Tout deux passèrent une grande porte et vit la grande salle. A leurs grandes surprise. La salle était décoré par des statues dorés. Semblant être plongé dans un bassin qui entourait le parchemin. Une lumière venait du plafond vers le parchemin le rendait encore plus attrayant encore.

 

Vanillova s'avança la première suivit de son ami qui regardait les statues qui semblait être des armures. A leurs approches, les statues tournèrent la tête vers eux, Vanillova sursauté avant de pousser un petit crie de surprise, surprenant son ami qui poussa un crie.

 

-Pourquoi t'as crié ? Vanillova riait doucement en se grattant la tête, gêné.

 

-Désolé, réflexe. C'est juste que les statues ont bougés.

 

-Ha bon ? Il les regardaient tour par tour, toutes parfaitement immobiles. N'ayant bougé d'un pouce. A quel niveau ? Je ne vois rien ?

 

-Peu importe, laisse tombé. Allons lire le parchemin, j'ai trop hâte ! Elle souria grandement avant de prendre son ami par le bras, tentant de l'entraîné avec elle. Mais sans succès. Il se hâta néanmoins pour son amie qui était surexcité, ne l'ayant jamais vue dans un tel état. Il se mit à rire et se mit à courir à ses cotés.

 

Bien vite, ils arrivèrent devant le parchemin. Il était posé sur un autel immaculé d'un blanc pur. Le parchemin lui était enroulé sur lui même et s'il n'était dans un pareille endroit, elle aurait pensé à un vieille carte pourrissante.

 

-Je m'attendait à quelque chose de plus. Elle le contempla avec un certain dégoût Noble, mais bon.

 

-Attends ! Vanillova stoppa son élan, le regardant intrigué. Et si c'était pas le bon parchemin ? Je veux dire, il ne peut pas être aussi... répugnant. Se corrigeant. Enfin je veux dire dans un aussi mauvais état ?

 

-Et je ne me souviens pas non plus qu'il m'est préciser l'état déplorable du parchemin.

Elle récupéra sa main, l'observant. Mais je ne vois pas d'autre alternative. Essayons et nous verrons.

 

-Alors laisse moi le lire en premier. Il s'avança vers le parchemin, le prenant avant que son amie ai pu soulever la moindre objection. Il l'ouvra d'un coup sec et vit une grosse lumière blanche l'aveugler. Il sentait que celles ci rentré dans sa tête avec une force inimaginable. Pensant que sa tête allait exploser, il s'écroula au sol en se tenant son masque. Peu après, des dizaines de voix s'enchaîner dans sa tête. Entendant des bribes de conversations.

 

-Levenloze !! Levenloze ! Ça va ??  Après un moment qui semblait durer une éternité, il reprit ses esprits. En rouvrant les yeux, il pouvait voir de la poussières lumineuses autour du parchemin qu'il tenait encore dans sa main.

Ses pensés étaient comme mêlé à plusieurs autres, entendant des bruits encore insoupçonné.

Il regardait son amie qui était folle d'inquiétude et se mit à sourire.

 

-Qu'est-ce qui a ?

 

-Je me sens trop bien ! Il souriait et se mit à rire, sentant une grande joie parcourir son corps.

 

-Est-ce que les gardiens utiliserai de la drogue dans les parchemins... ?

 

-Non, non, lis le tu verras. C'est étrange, mais je ressens plus aucun stresse. Je me sens léger et puis je vois de drôle de lumière autour du parchemin. Et puis j'ai entendu des voix. C'était une conversation je crois mais je n'en suis pas vraiment sûr.

 

Elle regardait son ami, puis le parchemin qu'il lui tendit. Elle tendit la main mais stoppa net dans son élan.

 

-Je ne sais pas Levenoze. Je ne sais pas si j'ai vraiment envie.

 

-Est-ce que tu as peur ? T'en fais pas, je vais bien ! Je vais même très bien ! Il souriait grandement et lui tendit le parchemin qu'elle prit doucement. Au toucher, il était rugueux. Il s'était de nouveau enroulé sur lui même.

 

-Bon. Si tu le dis. Elle souffla un coup. Quand il faut y aller, faut y aller. Elle ouvrit le parchemin. Sentant tout comme Levenloze quelque chose lui rentrer dans la tête. Elle s'écroula au sol, mais Levenloze l'a retint. Elle entendait ces fameuses voix mais l'une d'elle surpasser les autres.

 

-Est-ce qu'il y a quelqu'un qui m'entends ??

 

-Qui êtes vous ? Vous êtes où ?Elle chercha partout à l'instar de Levenloze. Mais personne autour d'eux.

 

-Qui êtes vous ? Je ne me souviens pas avoir entendu une voix pareille. Vous venez de réussir l'épreuve ? Il semblait être soulagé. Un miracle ! Vous ne pouvez pas mieux tomber ! Je crois que le parchemin amplifie le pouvoir de télépathe.

 

Télépathe ???  Les deux amis crièrent d'un seul voix.

 

-Du calme ! On ne vous avez pas dit que le parchemin languial vous donnait la possibilité de parler à n'importe qui et ceux malgré la distance ? Bon peu importe. Je vais vous envoyer dans mon monde. Faut bien que mon titre me serve n'est-ce pas ?

 

-Heuu... Elle ne comprenait rien, regardant son ami tout aussi intrigué.

 

-Peu importe !! Ils était gêné, Les deux amis pouvaient le sentir sans même avoir besoin de le voir. J'ai un gros problème. Et ne m'en voulait pas trop mais je pense que votre aide nous serez d'une grande utilité. Rien d'alarmant puisque... Attendez... Non ! Vous savez quoi ? Je vais vous le dire en chair et en os !

Parler de cette manière est bien pratique, mais vous savez, je trouve que le manque de contact ruine le coté sensationnel d'une conversation, vous voyez ?

 

-Je n'en doute pas, mais qui êtes v...

 

-PARFAIT !! Ne bougeait pas ! Vous serez dans mon monde dans cinq, quatre, trois, deux...

 

-Attend.. Levenloze se jeta sur Vanillova et lui prit la main à la hâte.

 

-Un ! C'est partis ! Tout deux se sentirent tomber dans un troue noir à une vitesse folle. Tout deux se mirent à crier à plein poumons, se tenant encore la main durant la chute. La seconde d'après, ils tombèrent au sol, mais celui ci était mou.

En se relevant, ils virent qu'ils étaient tombés sur de l'herbe bien grasse.

Le monde dans lequel ils était n'avait rien avoir avec celui où ils étaient. Une nouvelle flore extraordinaire leurs fit comprendre qu'ils étaient dans un monde à part entière.

Ils étaient dans le monde d'un gardien.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×