*premier partie.

Premier épisode: L'idée naissante.

 

Vanillova invita les monstres à entrer dans le salon, Levenloze lui y était déjà présent, ravivant les flammes avant de s'asseoir sur son fauteuil respectif alors que Vanillova s'installait dans le sien. Étant des invités pour quelques jours, ils acceptèrent tout deux de raconter à tour de rôle leurs histoires. Etant longue, ils prendront le relais et raconteront leurs histoires sous forme de "parties" Vanillova précisant qu'ils s'arrêteront à chaque évènement important, expliquant aussi, selon ses dires que "chacune de nos histoires sont à la fois semblables et très différentes." Vanillova attendant que les monstres soit bien installait pour commencer.
"-Bien, est-ce que tout le monde est bien installé ?" commença t-elle, en les regardant à tour de rôle.
"-Je suis prêt ma douce chouquette!" Fit Levenloze, souriant largement, montrant ses grandes dents, visiblement impatient d'entendre son hisoire.

"-Alors, nous y voilà enfin!" Elle s'installa un peu mieux sur son fauteuil leur jetant un léger coup d'oeil au monstres et son ami. Levenloze lui, dévorait déjà avec avidité sa réserve de chocolat sur la table à côté de lui. "J'espère sincèrement que vous êtes bien installé, car mon histoire est bien longue." Se raclant la gorge avant de poursuivre, mais un peu perplexe.

"Alors...Par où commencer?" réfléchissant un instant. "Ha oui! ! Par là ! Cette journée fût inoubliable, dans le sens où ce fut ma dernière journée au lycée.
Et comme tous les jours, les matiné
es étaient si dur, et si pénible. Mais ce jour ci,
j'ai pu me lever presque aussitôt. Non pas parce que j'avais passé une excellente nuit, bien au contraire même, mais c'était belle est bien parce que j'utili
sais mon imagination.
Car oui, jadis, je carbur
ais littéralement avec mon imagination. C'était mon havre de paix.
Mais malgré l'incroyable histoire que j'avais fraîchement imaginé, mes yeux se fermaient d'eux même. J'avais passé la nuit à jouer à Skyrim."
Souria t-elle, en se remémorant son ancienne vie." Ce fut le bon vieux temps de Skyrim, chaque matin, je regrettais amèrement ma soirée à jouer à ce jeu. Mais je divague un peu.
Je vous passe les détails jusqu'à l'arrivé
e à la gare. Celle ci était magnifique! Tout en arrivant à l'entrée, je prenais plaisir à prendre les journaux, distribués gratuitement par cette adorable personne.
Les jours se ressembl
aient, comme si je vivais la même journée en boucle et en boucle. Mais malgré cela, j'éprouvais une grande joie, car je savais que le dernier jour avait sonné. Autrement dit, je savais que je pouvais de nouveau enfin retourner à mon repère, et jouer aux jeux vidéos autant que je le désirer! Tout en montant les escaliers, je ne pouvais m'empêcher de plonger une fois de plus dans mon petit monde à moi, et rien qu'à moi!

-Attends! Je suis désolé de t'interrompre, mais tu te rappelles de ce que tu imaginais?" Demanda Levenloze.

"-Non, non, pas du tout." Répondit-elle, non sûre d'elle. "Vois tu, imaginons que ma mémoire c'est un tableau de peinture." Elle se redressa alors, utilisant ses mains pour appuyer ses paroles à présent. "Imaginons aussi que mes idées, ce que j'ai vue, entendu, ce soit la peinture utilisé." Elle réfléchissait visiblement intensément, cherchant les bons mots.
"C'est comme... Mélanger les peintures! Oui voilà! Je crée
alors des choses nouvelles avant de les appliquer, ainsi les idées s'enchevêtrent les unes sur les autres, comme... un méli-mélo assez complèxe." Expliquant ceci en faisant de drôle de mimique, aussi bien avec son visage que ses mains, reprenant bien vitre. "En revanche j'en oublie instantanement la première idée que j'ai posé, et ainsi de suite. Mais certaines idées sont si belles, si unique, que je ne peux que les garder. Et un jour, peut-être que ce tableau ressemblera à quelque chose d'ailleurs." Levenloze lui, leva un sourcil durant ses explications, ne semblant pas comprendre ses dires, Vanillova leur jetta un petit regard, puis à Levenloze.
"Heuumm... Vous avez compris mon explication? Je vous vois me regarder, mais je ne suis pas sûre que ce soit le bon exemple, si?
"
-On va dire qu'on a compris, enfin, je te laisse continuer, tu as fais quoi ensuite ?" Demanda Levenloze, enfournant un morceau de chocolat en bouche.

"-Mhmm..." Perplexe, cherchant au plus profond d'elle même. "tu m'as fais perdre le fil, attends..." Elle réfléchissait intensément, regardant dans le vide tout en entrouvant la bouche, comme si elle parlait, mais aucun son en sortit avant qu'elle écarquille les yeux, ayant visiblement retrouvé la mémoire. "Ha oui ! Oui! C'est bon!" Reprenant avec tout autant d'enthousiasme. "Alors, comme j'ai dis, j'adorais me plonger dans mon petit monde si doux et si frais de mon imagination.
Tout en montant les dernières marches du deuxième escalier, je ne pouvais m'empêcher de regarder les alentours, un de mes nombreux réflexes que j'ai.
Mais il y avait quelques chose, oui, quelque chose qui me donn
ait le sourire à chaque fois, savez vous ce qu'est cette chose ?" Elle souria,  regardant Levenloze et les monstres à tour de rôle en attendant une réponse.
"
Les distributeurs de surcreries !" S'exclama Levenloze, sûr de lui. Vanillova ria à l'entente de sa réponse.
" Mais non patate ! Les trains bien évidemment !

-Patate ? Ne suis-je suis pas plutôt ton Patapouf adoré ?" Vanillova souria d'autant plus à l'entente de ses mots.
"-Ho mon dieu. Bien sûr que tu l'es, tu es mon ptit Patapouf adoré!"

Elle lui souriait, avant de regardez les monstres à nouveau, reprenant par la suite. " Enfin bref! Les trains comme j'ai dis était une véritable obsession, leurs mécanismes, le bruits de leurs moteurs, le principe même du train me fascinait. Mais ce matin là, il n'y avait guère de trains, et la gare était bien vide. Il était certes bien tôt en cette mattiné." Elle fronça les sourcils, réfléchissant un moment. "Je crois qu'il était 6h37 mais il avait toujours du monde, car le train en direction de Paris, ou de Marseille circuler à ces heures là, enfin!
Il n'y avait vraiment personne, la gare était aussi vide que la tablette de chocolat que tu
 viens de finir Levenloze.
La gare était par conséquent bien calme, mais fort heureusement, je pouvais entendre l'envol
de certains pigeons, ainsi que le roucoulement d'un d'eux, sûrement pour éloigner ses conccurents. Quand enfin mon train est arrivé, ce fut pour moi, mon moment de délivrence, et de joie. Non seulement mon train était à l'avance, mais en plus! J'était la seule personne qui allait prendre ce train. Aucun "concurrents" potentiel pour aller à MA place.
Quand enfin, il s'est arrêté pour de bon, je m'empress
ais d'appuyer sur le bouton afin d'y rentrer, comme à mon habitude en fait. Aussitôt ouvert, je me suis alors precipité vers ma dite place, elle était si parfaite.
Il y avait une petite fenêtre rien que pour moi, les sièges étaient d'un comfort des plus exquis! Surtout du fait qu'il y avait le chaufage en hiver et du vent bien frai
s en été. Mon siège était aussi non loin des toilettes, ce qui m'arrangeait, car j'avais souvent tendance à y aller, cela faisait aussi partie de mes habitudes.
Souvent, je m'endormais dans une position assez étrange, mais si confortable! En fait, je relev
ais l'appuie coude et, je m'endormais paisiblement, un pur régal!" Elle s'arrêta un moment, voyant Levenloze s'impatienter.
"Qu'y a t-il donc Lenzo?" Amusé par sa posture et ses petites mimiques propres à lui.
"-S'il te plaît, Vanillo, peux tu en venir au moment où tu m'as crée, s'il te plaît?" Fit-il tout en faisant des yeux doux, ayant l'habitude de le faire en voyant qu'il parvenait toujours à convaincre Vanillo de cette façon.
"-Mais! Mhmmm... Bien! Tu as gagné mon grand, mais laisse moi poser le contexte, veux tu?
-Oui, mais fais vite!" Répondit Levenloze impatient. Sa queue remuant en tout sens, ayant cet habitude de le faire en étant emplie de joie. Les objets, et meubles ayant été enlevés par conséquent pour éviter tout accident malencontreux. Vanillo souria alors en le voyant, aimant le voir ainsi, poursuivant alors.

"-Bien, bien, allons alors à l'essentiel!" Elle regardait Levenloze en souriant, le tout en frottant ses mains, s'installant un peu mieux avant de poursuivre son récit.
"C'était une douce soirée dans cette bonne vieille ville d'Ales. J'étais dans la salle 110, près de la porte d'entrée, je regardais les autres élèves qui s'en allait, tantôt rigolant avec leurs amis, tantôt sérieux, voir même seuls. Certains jetaient un petit regard curieux vers moi.

J'étais en étude, enfin, si je peux appeler cet heure "étude". J'étais sans nul doute la seule élève restante du lycée, souvent seule dans cette classe si chaude en été, je n'avais guère de devoirs. Non, en fait, je n'en avais jamais pour être exacte. En fait, ça m'arrangeais, je n'ai jamais aimé les devoirs. Et par conséquant, je devais donc attendre ainsi jusqu'à 18H00 pour prendre mon train de 18H26." S'arrêtant un moment tout en regardant son ami. "je vais y venir, patience Lenzo!" Reprenant en voyant Levenloze se calmer.

Bon. Ce jour là donc, je n'avais, comme à mon habitude, aucun devoirs à faire, je ne cache pas que j'étais ennuyé de cette situation fort déplaisante, j'ai alors sortie mon cahier de brouillon premier prix, et je me mis à te dessiner" Levenloze souria alors plus grandement, suspendu à son histoire, arrêtant un moment son geste alors qu'il allait manger, le mettant en bouche avant de mâcher. "je ne savais que faire comme dessin, mais je n'avais rien en tête quand je me suis mis à poser délicatement ma mine sur le papier. Mon crayon n'était pas vraiment taillé, et j'avais complètement oublié mon taille-crayon.

Je me suis mis alors à te dessiner, doucement, ta tête se formait, elle ressemblait à un un truc, je ne saurais dire quoi. Je fis alors le reste du corps, et le resultat était plutôt plaisant, j'ai alors eu comme une révélation, toi, Levenloze, tu me plaisais. Tu avais quelque chose de spécial, mais je ne serais dire pourquoi.

Le jour suivant, j'avais pris mon cryterium, je me mis à te redessiner, toujours de profil, tu étais plus grand et tu faisais moins brouillon, une fois fini, dans le train, je t'ai alors mis dans mon sac.

A mes grandes heures perdu, je t'imaginais, parler courir, tu me façinais de par ta simplicité. Je t'imaginais doux, innocent et à la fois très timide, un peu comme moi en fait. Mais aussi doué d'une très grande force pour me protéger, il faut dire qu'avant, je n'avais pas vraiment d'amis, j'étais continuellement seule, dans ma chambre, je m'occupais l'esprit en jouant à des jeux vidéos de toutes sortes, en particulier Plague in Evolve, Minecraft, Warframe, Euro-Truck Simulator 2 et sans oublier le fameux The Elder Scrolls V Skyrim!
Mais en vérité, je me sentais si seule.

Comment vous le dire..." réfléchissant un court instant. "disons que sur le chemin du retour, j'avais peur, oui! J'avais tellement peur. L'idée de rentrer de nouveau à la maison me térrifier au plus haut point. Il est grand temps que je me defasse de tout ça, ici, et maintenant."
Elle prit un moment de réflexion, troublé en repensant à ces vieux souvenirs. "je ne sais pas vraiment si c'est une bonne idée, cette partie n'est guère intéresante, voulez vous l'entendre? "Levenloze souria comme réponse.
"-Raconte nous donc, cela ne te fera que du bien, et puis, je suis là, ton Patapouffe adoré est là pour te protéger, hein?" Vanillova ria à ses dires.
"-Ho hé bien, tu n'as jamais porté aussi bien ton nom!" elle retrouva néanmoins son sérieux, se positionant un peu mieux avant de commencer.
"-Très bien, disons que la peur que je ressentais, était bien au delà de ce que vous pouvez imaginer, chaque soir, je ressentais une verritable terreur, si bien que j'en avais une boule au ventre.
Aussitôt rentré à la maison, j'avais mon petit ritue
l Je me servais mon grand verre de jus de fruits, ainsi qu'une biscotte avec de la confiture de kiwi.
Après quoi, je rentr
ais dans ma chambre pour y déposer mon sac, mais..." Souria t-elle joyeusement, dù à sa nostalgie" Ce jour était béni! J'étais enfin en vacances. Alors que je me réjoussais silencieusement dans ma chambre, mon frère à alors ouvert la porte. Il était si méchant! Avec ses long cheveux gras, il me regardait de ses yeux emplis de méchanceté alors qu'il s'approchait de moi à grand pas.
J'aurai pu tenter de lui échap
per, certes, mais je rester là, puisque tout tentative de demander de l'aide se solderait par un échec et j'aurai eu droit à plus de coups.
Il m'a alors violemment poussé en me gueulant dessus, il avait visiblement passé une mauvaise journée, je le sais, car ces coups portés sur moi étaient bien plus forts que d'habitude.
Quand il eu
t finit avec moi, je ne pouvais faire autrement que de me taire.
Ma mère ne voulais rien savoir, et mon père était alcoolique, utilisant l'argent pour ses jeux stupide de hasard, et il était aussi terriblement sexiste.
Nous n'avions ni budget pour partir en vacance
s, ni acheter des cadeaux à Noël, enfin de quoi vivre une vie normale.
En fait, ce qui me faisais tenir, c'étais mon imagination et mon ordinateur portable que mon frère ne voulait plus, et enfin, mon havre de paix. Mais j'en parlerai plus tard. Mon ordinateur était assez lent, mais cela me suffisait largement. Je le cach
ais, autrement dit, j'avais fini de le voir. Mais j'ai alors repensé à toi, en fait, je te visualisais, mais je n'arrivais pas à te mettre une personnalité, tu avais l'air si fragile, et je voyais en toi encore les traits de crayons gris. C'est alors que je me suis rendu compte que je ne t'avais toujours pas donné de nom. Ni une ni deux, j'ai alors cherché au plus profond de moi même. Cependant, rien ne me venait en tête, et j'ai alors effectué une recherche sur internet, cela ne fut guère fructueux. C'est alors que ce nom, je ne sais pas par quel moyen il m'est venu en tête, mais j'ai pensé à Leven. Mais cela me paraissait bien court, j'ai alors associé à d'autre racines de mots quand enfin j'avais trouvé ton nom.
Levenloze! Je n'ai cependant pensé à toi qu'un laps
de temps. J'ai alors allumé mon ordinateur, mais je devais attendre un assez long moment pour qu'il charge mes données. Quand soudainement, un vieux, et très mauvais souvenir surgit au plus profond de mon être, quelque chose d'horrible, peut-être plus horrible que ma famille.

C'est un très vieux souvenir, quand jadis je n'étais qu'une enfant. Aussi étrange que cela puisse paraître, je crois que c'est à cause de ce souvenir que j'ai commencé à être timide, que je n'avais aucune confiance en moi. Enfin, je crois, mais c'est ce jour là que ma vie à pris une autre tournure.
Les seules souvenirs que j'ai, c'est des paroles, mais mes souvenirs me font souvent défaut, je ne peux donc comprendre aucun des mots prononcé
s. Après quoi, je vois les autres enfants de ma classe rigoler, il rigole de moi, j'en suis certaine, ou du moins à l'époque. Je me souviens également du moment ou je me suis réfugiée derrière la bibliothèque de la classe, les yeux emplies de larmes, j'étais si honteuse, si salie, et ma colère montait envers mes "camarades" de classe. Je me souviens enfin que mon maître de classe était venu me consoler, mais il était déjà trop tard. Ensuite, et bien je n'ai pas de souvenir, juste que ma mère m'a expliqué que je frappais, mordais et griffais les autres enfants de l'école.
J'étais à l'époque une véritable teigne, aussi je m'effor
çais de penser à autre chose. Ce souvenir, bien que vieux me mettait un grand malaise. Alors hé bien, devinez donc ce que j'ai fais ensuite." Souria t-elle en vous regardant de nouveau, mais seul Levenloze répondait.
"Haha! Je sais moi! Tu as joué à un jeu vidéo!" Vanillova le pointa du doigt, tout sourire.
"-Exa-cte-ment! Pré-cisé-ment! Avec ta pénétration habituelle!
Donc pour ma première journée de vacances, j'ai donc passé ma toute première soirée à jouer à des jeux vidéos, comme une véritable nullarde." Elle s'arrêta Bon, je vais m'arrêter là pour le moment. Lenzo, c'est à toi de raconter l'histoire, je commence un peu à fatiguer moi.
-Quoi déjà?? Mais une minute, il est quelle heure?" Demanda t-il perplexe.
"-Il est déjà 19h35, je pense que tu auras le temps de raconter ton histoire avant de manger. Nous te laissons commencer!" Vanillova se frottait les mains, mais arrêta aussitôt Levenloze." Attends Lenzo! Je vais me faire chauffer l'eau pour mon thé, j'arrive!" Elle se leva bien vite pour aller en cuisine. Levenloze cria par la même occasion.
"Hé! Vanillo! Pense à me ramener une ou deux tablettes de chocolat!" Il riait doucement, s'adressant au monstres avec amusement." Halala... Sacré Vanillo, vous ne trouvez pas? Vous n'êtes pas très bavards aussi, c'est pas grave" il leur souriait, quand elle revint bien vite, s'asseyant confortablement sur son siège.
"-C'est bon, tu peux commencer, et voilà ton chocolat, ni trop chaud, ni trop froid. Tiens mon grand, je te laisse commencer."
-Vraiment? Merveilleux! Bon, mais avant de commencer, tu n'as pas ton thé?
-non t'occupe, ça chauffe, commence donc, commence donc." elle prit un coussin à coté d'elle, l'installant derrière son dos avant d'écouter alors que Levenloze se raclait la gorge pour commencer son récit.

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 02/12/2016