6ème partie. Une belle rencontre

Une belle rencontre

Levenloze était heureux de voir avec quel enthousiasme Vanillova raconter son histoire.

Elle le faisait avec une passion farouche, allant jusqu'à imiter les voix de ses interlocuteurs.

Mais là était le moment de faire une pause pour quelques moments.

Décident de ne pas faire la même erreur, mangeant donc en petite quantité chacun.

Le repas terminé, Vanillova se fit un thé, comme à son habitude, ayant prit une grande tellière pour l'occasion. Comme à son habitude, elle était en avance par rapport aux autres.

Mais bien vite, tous arrivèrent pour la suite de l'histoire de Levenloze, celle ci allait prendre une tournure totalement différente.

 

-A mon tours maintenant ! Sa voix rayonner de joie. Amusant par ailleurs Vanillova.

 

-Tiens, tiens, tu m'as l'air heureux. Est-ce en rapport avec les sucreries que tu as allègrement dévoré, ou ce qui va se passer dans l'histoire ?

 

-Les.Deux ! C'est le moment le plus important de mon histoire, là où tout à commencé. Je n'étais plus avec toi, aussi je n'étais plus dépendant de toi. Bien qu'au début, j'en étais effrayé.

 

Je me suis réveillé dans la même pièce, mais tu n'y était plus. Cependant, je pouvais encore voir une petite trace de sang, mais l'endroit semblait être une sorte de chose vivante. Le sang s'est fait absorber, comme si le temple avait bu ton sang. Flippant, hein ?

 

Je me suis concentré pour voir où tu étais et comment tu allais. Mais sans succès. J'étais en proie à une véritable terreur, celui de te perdre. Je ne voulais pas rester dans cet endroit maudit !

Il fallait coùt que coùt que je te retrouve.

 

Je me suis levé avec maladresse, mon corps, c'est comme si j'avais perdu quelque chose de fort, le lien qui nous unissait était désormais rompu. Je suis allé vers la porte encore entrouverte, tant bien que mal.

 

Mais là fut ma surprise quand j'ai quitté la pièce. Je n'étais plus seul, il y avait pleins d'espèces et d'êtres comme moi : Imaginaire.

Ils bougeaient comme des fantômes à travers ce couloir où nous étions il y a quelques instants.

Mais leurs formes, leurs intelligence. Ils savaient parler et se mouvoir avec une aisance, une facilité, comme s'ils étaient réelles.

 

Comment ai-je pu les manquer, me demanderai vous. Hé bien... Réfléchissant. Je n'en ai pas la moindre idée ! Souriant largement.

 

Ils marchaient, et formaient des groupes, plaisanter, ce fut un véritable choc pour moi. Ébahis, je les regarder, parfois, je me faisais bousculer par quelques petites bestiole s'amusant à se bagarrer.

 

Je te connaissais Vanillova, je savais que ces êtres n'était pas le fruit de ton imagination. Cependant, j'entendis une voix non loin de moi.

C'était un monstre à deux pattes, il avait de la fumé qui l'entourer, et ses yeux vert luisant me regarder avec timidité.

 

 

Il avait un corps assez frêle, et semblait tout aussi perdu que moi, bien qu'en vrai il savait parler.

Il s'est présenté à moi comme étant un futur gardien. Finissant par dire son nom : Tholkir.

Enfin, il disait futur gardien, mais il n'était pas sûre d'avoir les capacités nécessaire pour en devenir un.

 

 

Il m'expliquer que devenir un gardien était un immense honneur.

Il semblait heureux de m'avoir à ses cotés, mais remarqué bien vite que je n'avais pas la capacité de parler.

Au début, il était timide, comme moi. Mais plus il me parler, plus un lien se créer entre nous.

 

Il m'a raconté que les gardiens peuvent créer des êtres vivants, des Créontres. Au début, les créontres sont dans leurs têtes, mais le gardiens qui les a créer les « relâches » Et les plus fort, les plus beaux aurai la chance d'être rendu réelle pour aller dans un endroit du temple.

 

Il m'expliqua par la suite que les Créontres une fois créer par une machine possédant une conscience sont envoyé dans ce fameux endroit.

Une sorte d'immense pièce. Comme une sorte de coucounière avant de rejoindre son créateurs pour le servir, le protéger ou prendre la relève comme dans mon cas. Mais il faut énormément d'entraînement !

 

Il était resté en ces lieux depuis qu'il y a un problème dans le temple, Il ne se rappel plus vraiment depuis combien de temps. En fait, il semblait être aussi perdu que moi.

 

 

Il prit cependant un moment de pause, et me proposa de venir avec lui, car il avait une surprise pour moi.

Son sourire était grand, et il me prit par la main pour m'emmener dans une pièce à part.

 

Nous avons traversé un long couloir, des monstres en tout genre se promener, certains me regarder avec curiosité, ou insistance, comme s'ils avaient vue la chose la plus étrange de leurs existence.

 

Il finit par me mener à une pièce, où nous pourrions parler seul à seul.

Au début, j'avais un peu peur, jusqu'à ce qu'il me dise son intention.

 

 

Il me demanda de ne pas bouger et de fermer les yeux.

Un peu inquiet, je le fis malgré tout, je sentais une drôle de sensation, en fait, elle était même agréable.

 

En rouvrant les yeux, je le vis sourire avec fierté, et en levant mes mains, je pouvais voir à quel point elle étaient plus belles, non, il n'y avait pas que ça. Je vis ce que je pouvais.

 

Tout avait changé en bien ! Il m'a alors apporté un miroir où je pourrai m'observer, et quel fut belle cette surprise !

 

Mon corps, mes ailes, ma tête, tout avait changés. J'étais désormais un être imaginaire absolument merveilleux. Je ne pouvais m'empêcher d'imaginer ta réaction en me voyant.

 

Je te voyait te jeter dans mes bras, le sourire jusqu'au oreilles, je voulais te plaire, je voulais être avec toi pour toujours ma petite Vanillova.

 

-Wow, Lenzo, ça prends une tournure un peu romantique là, non ? Plaisanta t-elle.

 

-Romantique ? Je ne sais pas ce que ça veut dire, mais en tout cas, rester au coté de mon amie pour l'éternité, c'était mon vœu le plus chère ! Il souriait grandement, poursuivant son récit.

 

Après quoi, il m'a entraîné à me tenir comme il faut, quelques gestuelle qui pourrai me servir, comme un oui de la tête, un non aussi.

Et tout un tas d'autre gestes simples.

 

C'était dur, car mes mouvements t'appartenait, et mon existence dépendait de la tiennes. Être enfin maître de mon corps, de ma vie était étrange et vraiment difficile tu sais.

 

Il a été patient avec moi. Il m'a entraîné ainsi durant des heures, jusqu'à ce qu'enfin, je maîtrise parfaitement mon corps.

Après quoi, nous avons rejoins le reste des monstres qui allaient tous à un même endroit.

 

Cet endroit, était, selon Tholkir, la clef et le seul endroit pour devenir enfin réel(le?).

 

Tout en marchant vers ce qui allait être notre bonheur, il m'a alors parlé de son gardien, il disait qu'il s'appeler Kolwaldorthivaak et qu'il serai mort en protégeant son temple contre un terrible ennemie, l'Entité.

 

Il m'a par la suite décrit son créateur comme un héros de guerre, ses pouvoirs étaient sans pareilles selon lui. Il considérer son père comme étant le plus beau, le plus fort et le plus respectable d'entre tous parmi les gardiens.

 

Il m'a précisé qu'il pouvait se téléporter, car après tout, c'était le gardien des ombres. Mais l'Entité était puissant, et m'a de nouveau rappelé que nous étions enfermé ici par sa faut. Sa voix, je m'en souviens vibrer de colère et d'amertume à son encontre.

 

-Mais Levenloze, pourquoi tu n'imites pas les voix comme moi ? Elle prit une gorgée de son thé. Le reposant aussitôt avant de croiser les bras

;

-Imiter sa voix ? Pourquoi faire ? Sa curiosité se lisait sur son visage Je préfère raconter mon histoire de cette manière. Et avant de finir mon tour, je vais raconter l'histoire de son père, jusqu'à sa naissance.

Alors si je me souviens bien, son créateur avait 16 millions d'années et quelques et est née sur cette planète.

 

Ce gardien était grand et il avait toujours une sorte de fumée noir qui l'entourait, elle sortait de son corps, lentement. Il avait un corps musclé et posséder une peau ressemblant à de la pierre lisse, avec un semblant de poils noirs.

 

Il était bon avec ses créatures, et était vénéré comme un dieu, mais il refuser d'être traité ainsi, il voulait qu'on l'appel « père ».

Ce gardien à révolutionné son monde, toujours attentionné à son peuple, ses fils, il fut l'un des seuls gardiens à avoir construits une ville.

 

Tout semblait se porter à merveille, leurs monde était d'une harmonie frôlant la perfection. Ils étaient tous heureux, et tout le monde se connaissait. Jusqu'à l'arriver de l'Entité.

 

Un beau jour, me dit-il, il faisait sombre ce jour là. Mais tous pensait à un tempe nuageux sinon pluvieux. Tous avaient prit leurs petit parapluie avant de travailler. Et quand je dis travailler, c'était pour protéger le monde, et s'entre aider en cultivant la terre, et en partageant la denrée de manière équitable. Rien n'appartenait à personne.

Et le respect d’autrui était de grande vigueur !

 

Mais comme dit, ce n'était pas une simple orage, l'Entité est alors venu à nous, il ne tuer personne, mais désirer voir leurs père adoré.

 

Naturellement, ils ont refusés, et ont donnés leurs vies pour protéger la personne qu'ils chérissaient tant. Le gardien, lui fut mis au courrant par le dernier Créontre avant de mourir.

 

Furieux, et malheureux, le gardien déclara la guerre à l'Entité. Ayant au premiers abords prévenu Orzoul et les plus anciens du réveil de l'Entité.

Orzoul ne voulait pas qu'il le combatte mais parte du temple.

Cependant, le gardien ne le fit pas.

 

Il a alors créer son dernier créontre, moi par conséquent, et lui a ordonné de ne pas bouger du temple jusqu'à ce qu'il devienne fort, et vaillant.

 

Il a par la suite combattu l'Entité avec force, courage et détermination, mais il ne fut qu'une brindille face à la puissance de l'Entité.

Vaincu, le gardien ne voulait pas que l'entité prenne le contrôle de son corps, il savait que les autres gardiens courraient un grand danger, alors dans ses derniers instants. Il lui souriait avant d'exploser.

 

L'une des consciences de l'entité était donc piégé dans le monde, car la sortie fut bloqué. Une sorte de défense, et de sécurité supplémentaire. Si un gardien meurt dans son monde, il se scelle jusqu'à ce qu'un Créontre prenne la relève.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×