2ème partie: Nouveau monde

2ème partie.

J'imagine que c'est à mon tour maintenant ? commença Levenloze perplèxe.

- En effet, continue donc. Fit-elle en croisant les bras, l'écoutant attentivement, de même que les monstres.

- Très bien, alors, où j'en étais moi déjà ? répondit-il avec une pointe d'hésitation. C'est bon je m'en souviens ! La tour s'est donc effondré dans un gros fracas, je ne sais pas vraiment combien de temps je suis resté inconscient.
Mais ce qui est sûr, c'est que je me trouvais désormais dans un monde hostile, c'était le monde de l'oubli.

Aussi étrange que cela puisse paraître, c'était le même décor que le monde d'où je venais, excepté une chose. L'endroit semblait abandonné depuis des millénaires. Les arbres étaient déséchés, la végétation mourante et les couleurs étaient fades.

La seule manière pour moi de retrouver ton estime, à l'époque, était bel et bien de retrouver d'autres tours remplies de tes souvenirs.
Au début, je ne savais pas vraiment comment ça marchait, ce qui m'importait le plus, était d'avoir ton attention, ni plus, ni moins.

Je suis donc de nouveau parti à la recherche de ces fameuses tours, fort heureusement, je pouvais en distinguer une au loin, c'était peut-être ma chance, mon salut.

En chemin, je ne voyais pas grand chose dans les environs.

C'était une plaine, une absence totale de végétation et d'eau, les nuages étaient d'un rouge sang, quelques bâtiments en ruines parsemaient ce paysage désolant. Je me relevais tout en jetant un œil autour de moi, je marchais avec difficulté dans ce monde aride, au début, je croyais être seul, mais je voyais tout un tas d'animaux étranges qui me regardaient avec rage.

Mais très vite, je savais que quelque chose clochait, je sentais comme une présence, celle ci s'approchait de moi. Ces lourds pas s'approchaient lentement de moi quand il s'est arrêté, une voix d'une très grande puissance me donna des sueurs froides.

- Tiens, tiens, encore un nouveau... Retourne toi, que je puisse te voir.

En me retournant, je vis un monstre orange d'une grandeur inimaginable, il s'était baissé vers moi, ses yeux d'un rouge éclatant me fixaient, ses dents faisaient facilement ma taille, et il avait neuf queues. Celles ci remuaient en tout sens.

- Quoi, quoi quoi ??? intervenant Vanillova. Neuf queues ?? Mais c'est Kyûbi ça ! Comment est-ce possible ??

Elle avait les yeux écarquillés, ne s'attendant pas à ce qu'un tel monstre pouvait être dans son petit monde imaginaire.

Comme j'ai dis, Vanillo, ton monde n'avait pas de limite, en fait, ce monstre était immense. Mais il poursuivit bien vite, je ne savais pas comment il fut au courant, mais ses mots resteront gravés en moi jusqu'à la fin de ma vie, ces mots, les voici:

"Ecoute moi, ce que je vais te dire va changer ta perception de ce monde, mais tu dois le savoir.

Je ne sais pas si tu arrives à comprendre mes paroles, mais ce monde n'est pas réel.

Tu n'es rien d'autre que son jouet, et si tu es ici, peu importe la raison, tu dois en sortir le plus vite possible.

Mais toi, je le sens, et je le sais, tu peux y arriver. Mais avant de continuer, tu dois connaître l'histoire de cet endroit. Vois-tu, ici, de nombreuses idées, mémoires y sont éparpillés par centaines, certaines viennent, et repartent. On appelle ce monde de l'oubli, mais soudainement, cette fille, peut se souvenir d'une idée, car celle-ci peut lui intéresser de nouveau. Je suis bien placé pour le savoir, cela m'arrive assez souvent.

Alors si j'ai un conseil à te donner, c'est de t'inspirer, inspire toi de tout ce que tu peux, autant sur le plan physiologique que psychique.

Dernière chose, si tu vois une tour, ne cherche pas à comprendre, vas-y, celles-ci recèlent très souvent une idée à laquelle tu pourrais t'inspirer pour évoluer et ainsi l'intéresser de nouveau.

N'oublie pas mes paroles, car elle seront sans nulle doute ta clef pour sortir de cet endroit pitoyable.

Mais ! Avant de partir, tu dois t'initier à ta capacité, je vais t'accorder une chose, la possibilité de t'inspirer d'une de mes caractéristique physique, cela t'arrange, et moi aussi, car elle pensera à moi en te voyant. Concentre toi, si tu le peux, et vas-y."

- Hé bien Levenloze ! Tu as une sacrée mémoire, je savais que tu en avais une très bonne, mais pas à ce point. Fit Vanillova, un peu abassourdie par son incroyable mémoire.

- Disons que dans ce monde, les paroles restent gravées, en fait tout reste gravé dans la mémoire.

Pour en revenir au vif du sujet, oui. C'est à ce moment que j'ai eu ces magnifiques oreilles, quand j'ai senti des oreilles pousser, c'était très étrange, je pouvais bouger un membre supplémentaire, et bien vite, le son était plus net, je pouvais les tourner. Le monstre, enfin, Kyûbi s'est mis à sourire avant de partir.

- Il s'est contenté de partir ?

- Tout juste ! fit Levenloze avec enthousiasme. Mais pour être honnête avec toi, j'avais repris confiance en moi, et pour la première fois depuis ma naissance, je pouvais sentir quelque chose naître en moi.

De la joie, mêlée à de l'espoir de sortir de ta tête pour devenir réel.

C'était mon rêve, mon but ! Mon but ultime !

J'insiste bel et bien sur ce mot, car c'est ce qu'il me manquait, un but.

Vanillova souria, mais fronça les sourcils quand il poursuivit, se concentrant sur chacun de ses mots.

A partir de ce moment, je suis allé en quête de ces fameuses tours, dieu seul sait combien de kilomètres j'ai dû parcourir. Le monde était d'une laideur à couper le souffle. Mais je ne me suis pas contenté de forger ma personnalité à l'aide de ces fameuses tours, non ! J'ai rencontré de nombreuses créatures sur mon chemin. Mon corps évoluait en un être de plus en plus fini, ma fierté et mon bonheur grandissaient à mesure que mon corps évoluait.

Mais il y a quelques mots que je pouvais prononcer, les seules que je disais souvent aux monstres que je rencontrais, c'est simplement :

"Ma liberté m'attend, car un jour, je serai réel."

Mais comme tu peux peut-être le deviner, beaucoup d'entre eux se payaient ma tête. Mais tous disparaissait à une certaine distance, comme c'était que de simples souvenirs.

- Donc en fait si j'ai bien compris, tu étais la pièce maîtresse, car contrairement aux autres, tu étais un être entièrement forgé par mon imagination alors que le reste n'étais que de pâle souvenir? Levenloze lui prêta une attention particulière, acquiessant vivement de la tête.

- Tu as tout compris! Fit-il en faisant un grand sourire satisfait.

- C'est quand même un peu compliqué à suivre ton histoire. Continue donc, tu t'es inspiré de qui du coup ? demanda t-elle en croisant les bras.

- Ah, hé bien, de ces bestioles avec une grande queue dont la peau colle leurs os, j'ai eu ma belle et grande queue d'os à ce moment là.

Mon pelage, je l'ai eu... réfléchissant un instant. Je l'ai eu grâce à Kyûbi je pense, je n'ai pas rencontré d'autres espèces, et je me suis bien évidemment inspiré d'un dragon pour mes ailes. Mais les os par contre étaient les mêmes, je n'ai rencontré aucun être ayant des os comme ça. Ou du moins, pas d'après mes souvenirs.

- Tu veux dire tes os qui enveloppe ton corps ? demanda Vanillova non sûre d'elle.

- Oui, c'est ça, ces os là ! s'écria t-il. Quand à ma personnalité, reprit-il, je me suis inspiré de beaucoup de monde. Mais il n'y a qu'une personne avec qui je me suis fortement inspiré. C'est de toi, ma petite chouquette. Enfin, je me suis beaucoup inspiré de ta gourmandise. J'ai vu ton souvenir, le nombre incalculable de gourmandises que tu mangeais était grandiose. Cela t'as coûté ton petit ventre dodu de l'époque ! plaisanta t-il en voyant son amie rougir. Mais pour en revenir à l'histoire, je me suis inspiré d'un homme habillé en rouge, je me souviens qu'il avait une sacré tignasse, et il portait un haut rouge donc avec beaucoup de pin's dessus. Je trouvais sa veste tout simplement magnifique ! s'explama t-il non sans retenue. Mais ce qui m'a inspiré, c'est sa joie de vivre, et ses mouvements de tête imprévisibles. Il était dans une tour cubique, étrange, n'est-ce pas?

- Je crois savoir de qui tu parles, mais poursuis donc, c'est de plus intéressant ! lui répondit-elle avec enthousiasme. Elle se pencha un peu vers lui pour ne pas manquer un seul mot alors que les monstres firent la même chose qu'elle.

- Donc je me suis inspiré de ce personnage un peu étrange mais fascinant à la fois. Suite à quoi, je suis de nouveau parti pour trouver la dernière tour, celle qui changea toute ma vie. Vanillova souria d'avantage, trépident un peu d'impatience alors qu'il poursuivit bien rapidement. Je pense, Vanillo, que tu sais ce dont je parle, n'est-ce pas ?

- Oula Levenloze, c'est vieux tout ça, j'ai une mauvaise mémoire, toi tu t'en souviens parce que dans ce monde, rien ne t'échappait. De plus, je ne suis pas dans le contexte, vois tu? Mais là, vraiment, je l'ignore, j'en suis désolée. Répondit-elle avec une pointe d'hésitation, Levenloze lui souria à son hésitation.

- Allez Vanillo ! Un petit effort ! Je sais que tu t'en souviens, après tout, tu te souviens bien de ton aventure ! Vanillova se ressaisit aux paroles de son ami.

- Ha non ! s'écria t-elle vivement. C'est pas pareil ! Mon aventure est une chose que je ne peux pas oublier, car c'était absolument fabuleux, mais pour ta question, vraiment je donne ma langue aux chats. Les monstres se mirent à regarder Vanillova avec interêt, croyant en cet instant qu'elle allait vraiment le faire quand ils entendirent Levenloze poursuivre en riant.

- Ho et puis tant pis, c'est bientôt l'heure de se coucher, la tour, contenait un souvenir de ce que tu appelles les "Creepypastas".

A ces mots, elle mit sa main sur son front, riant alors de sa propre gourde.

- Ho non ! Comment ai-je pu oublier ça ! Les Creepypastas ! C'était merveilleux, je m'en souviens, mais c'est étrange, je ne vois pas en quoi ou en qui tu t'es inspiré. Elle le regardait tout en fronçant les sourcils.

- Simple, Vanillova ! répondit-il avec joie. Toi, tu n'as pas peur de moi, car tu m'as crée, tu me connais depuis la nuit des temps, j'étais à l'époque ton ami imaginaire. Et je suis devenu réel, et sans oublier nos aventures, et le fait qu'on reste tout le temps, ou presque ensemble!

Mais les autres me perçoivent comme une dangereuse bête aux premiers regards. Ils me voient dangereux, quand je suis à l'ombre, mais il retrouvent bien vite le sourire en voyant ma petite bouille comme tu le dis souvent.

- Mhmm non.

- Quoi comment ça non ?! répondit Levenloze avec une pointe de colère, Vanillova se corrigea.

- Non oublie ce que j'ai dis, je me suis mal exprimée ! Levenloze croisa les bras, étant très attentif à ses dires. En fait, ce que je voulais dire, c'est que les personnes jadis qui voyaient ta vrai nature n'arrêtaient pas de te fixer. Et je devais à chaque fois inventer des stratagèmes pour éviter un vent de panique. Mais je ne sais pas, tu avais, et tu as toujours cette fâcheuse tendance à te cacher dans l'ombre et t'avancer doucement vers les personnes. Et ça, pour le commun des mortels, c'est le meilleur moyen de faire peur. Elle souria. Heureusement que dorénavant, grâce aux gardiens, ltout le monde te perçoit comme un humain. Elle fronça cependant les sourcils, ayant marqué ce moment par un temps de pause assez court. Mais il y a quelque chose qui cloche. Levenloze leva son sourcil, curieux. Tu étais vraiment obligé de choisir une tête aussi, étrange ? Levenloze se releva de son siège, voulant défendre son choix qu'il jugeait noble.

- Hey ! Je l'aime ma moustache ! Et j'ai un regard profond, et beaucoup de personnes se mettent à sourire en me voyant, c'est mieux que de les voir hurler de terreur, non ? Et puis mince, j'en étais où moi ? Dit-il en s'asseyant de nouveau sur son siège. Tu m'as fait perdre le fil de mon histoire, grande maligne!

- Tu en étais précisément aux Creppypastas, sur le fait que tu fais peur sans trop le vouloir, répondit Vanillova, souriant alors en s'intallant un peu mieux sur son siège.

- Oui, c'est vrai. A la suite de ce souvenir, c'est là qu'il s'est passé cet évènement. Elle fronça les sourcils alors que les monstres écarquillaient les yeux. Quand ma personnalité, mon physique furent à leur apogée, on va dire.

J'ai senti comme quelque chose se passer en moi, mais une lumière m'a alors aveuglé un moment.

Quand enfin j'ai pu voir ce qui se trouvait, je t'ai vu ! Toi, ma créatrice !J'étais là, bête et sans voix, puis nos regard se sont croisés.

Mon corps ne voulait pas bouger, car j'étais de nouveau sous ton emprise. Je ne voulais pas que ma chance glisse de nouveau entre mes griffes, et c'est à ce moment que j'ai senti cette sensation aussi magique qu'indescriptible.

Mon effort fut gigantesque pour pouvoir ne serait-ce bouger mon corps.

Mais à mon plus grand désespoir, je ne le pouvais pas. Tu semblais m'observer, nous nous quittions pas un seul instant des yeux. C'est comme si toi aussi tu étais sous l'emprise de ton propre imagination.

Mais j'ai su, en un quart de seconde quoi faire!

J'ai alors concentré toute mon énergie restante sur mes lèvres pour prononcer ces mots que tu as prononcé toute à l'heure :

"Tu n'es plus toute seule". Mais à l'instant d'après tu as disparu sans laissé aucune trace. J'arrivais alors dans ce qui semble être un nouveau monde différent. Je voulais, et je désirais plus que tout au monde te serrer enfin dans mes bras, ma chère amie. Et ce monde, Vanillova, était merveilleux... Il se tût alors, Vanillova attendant la suite.

- Tu ne continues pas ? demanda t-elle.

- Non, je suis fatigué, je vous dirai la suite demain. répondit-il en baillant, mettant sa main devant, Levenloze ouvrant grande sa gueule durant un long moment avant de se lever, laissant Vanillova et les monstres nager sous une tonne de questions.

Vanillova reprit quand elle entendit la porte du salon se refermer.

- Ho mais... Mince et puis zut ! De toute façon il se fait tard, nous continuerons demain.
Vous savez où sont vos lit, bonne nuit ! fit Vanillova en se levant à son tour, sortant du salon, Levenloze lui était sûrement déjà en haut, s'installant dans son lit.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 05/12/2016

×